FORUM FERMÉ.


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 (azazel) you are personal jesus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Azazel E. Heartless

lucifer ☩ bastard of the devil

avatar

AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (VERT ALLIGATOR)
GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican
CRIMES COMMIS : 426
DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018



ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait.
NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique.
GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires
PROFESSION : Chômeur à plein temps.




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: (azazel) you are personal jesus   Jeu 15 Mar - 11:59

azazel ezeckiel heartless
losing my religion

nom complet : Heartless, il porte le nom de ses parents adoptifs avec plus de fierté que le blase de "prince des enfers".   Azazel, démon de la miséricorde et bouc-émissaire des Enfers, d'où le fait que son père adoptif ait refusé qu'il porte un nom aussi peu flatteur. Il a changé pour Ezeckiel, un des anges emblématique. Mais, il a tout de même le mauvais reflex de se présenter comme Azazel.date de naissance : Il est né, il n'y a pas si longtemps pour un type de son espèce, le 13 Décembre 1982. lieu de naissance : Il est née en plein cœur du Vatican. nationalité : Théoriquement, il est italien d'origine, mais il est américain depuis qu'il s'est installé à New York. résidence actuelle : Il possède un petit appartement encore en entier au beau milieu du quartier de Brooklyn. possible identité secrète : Lucifer, étant donné qu'il est relativement discret, il n'est pas connu des services de polices. Il opère avec des cibles bien précises et il intervient sur des affaires de vol/meurtre/braquage que rarement. casier judiciaire : non génome : Des oreilles pointues, une queue arrière qui termine sa colonne vertébrale, un teint pâle, des crocs développés, des traits coupés au couteau c'est sûrement un Weasley Démon. orientation sexuelle : Bisexuel bien qu'il ait une nette préférence pour les hommes et que son coeur est pris. Son corps, c'est à voir, vous donner combien ? statut civil : Volage célibâtard qui n'est pas chaud pour passer aux relations sérieuses. C'est pour les Disney's les princesses à sauver après tout. situation professionnelle : Il n'a pas de profession fixe. Il enchaîne les petits boulots pour payer son loyer et de quoi manger quand il ne fait pas la chasse au vilain pas beau. appartenance : indépendant

personnalité
bon + généreux + réfléchit + solitaire + renfermé + secret + imprévisible + silencieux
Azazel est ... Ce qu'il y a de difficile à qualifier. C'est un démon et, de ce fait, il a tous les caractéristiques de ceux-ci pour se faire détester. Il est imprévisible, trop sûr de lui et fonceur. Il sait séduire, jouer avec les mots sans prendre conscience de l'espace vitale des autres. Cependant, si on s'arrête à la surface, difficile de savoir ce qu'il cache sous sa carapace. Car hors combat, il est très loin d'être une brute épaisse. C'est même un garçon raffiné qui aime les bonnes choses et les petits plaisirs de la vie. Il est totalement conscient que sa nature ne joue pas en sa faveur et qu'on l'évite comme la peste. Mais, il aime la Terre -qu'il appelle régulièrement Assiah-. On lui a appris à l'aimer, à se montrer tolérant envers les autres et à aimer son prochain. Il a souvent ce regard émerveillé dès lors qu'il découvre quelque chose de nouveau. Un curieux de nature qui, on ne peut pas le nier, a tout de même un comportement plus proche de l'animal que de l'homme en lui-même par moment.

Petite anecdote :
Il ressemble et réagis souvent comme un chat. Et donc, de ce fait, Azazel est un gros feignant qui prend le sommeil comme un loisir. Dormir 17h par jour ne le dérangerait pas par exemple • Pareil, il adore le poisson et le lait • Il n'est pas du genre pudique même s'il doit cacher ses atouts démoniaques comme sa queue, ses crocs ou bien ses oreilles en pointes. De ce fait, ça ne le dérange absolument pas de se balader à poil en dehors de chez lui • Il adore les dessins-animés et en particuliers les mangas. • Il sait manier un sabre japonais dont il ne se sépare jamais d'ailleurs. Il se nomme Akatsuki, de son nom en français "Lune Rouge". • Il a d'ailleurs passé quelques années au Japon pour pouvoir suivre l'entraînement Aikido et Kendo, à savoir le maniement du sabre • Il ne maîtrise pas encore tout à fait son don de pyrotechnie mais, il y travaille. Pour le moment, c'est plus souvent du coup de bol • Il est très sensible derrière les apparences. Plus jeunes, il était en proie à des excès de violence parce que les autres enfants avaient peurs de lui ou se moquaient de sa personne. • Il a toujours voulu faire ses preuves et un des prêtres du Saint-Siège l'encourageait grandement au point d'aider sa mère en le prenant sous son aile.


pouvoirs, capacités
LES POUVOIRS : Azazel possède en tout trois grands pouvoirs connus à ce jour qui sont expliqués par sa nature non-humaine. La maîtrise de ceux-ci dépend grandement de sa concentration sur le moment et de sa maîtrise de soi. Autant dire que par moment, ce n'est pas de la tarte.

Pyrokinésie - type "Flamme Bleue" ou aussi appelée "Flamme à l'ennemi" : C'est le pouvoir principal d'Azazel qu'il tient directement de son géniteur. Ses flammes ne sont pas rouges comme des flammes classiques car, contrairement aux normaux, elles brûlent par le froid et non pas par la chaleur. Ses flammes obéissent à la volonté d'Azazel et possède aussi, en quelque sorte, une volonté propre. Lorsqu'il s'enflamme dans tous les sens possible du terme, il ne contrôle pas forcément leur cible puisqu'elles se dressent pour le protéger et empêcher quiconque de s'approcher de lui. Donc, pour résumer, ses flammes bleues brûlent tous ceux qu'Azazel considère comme un ennemi par le froid mais, ses alliés ne sentent qu'une douce chaleur inoffensive.

Force surhumaine : Un pouvoir dû à sa nature démoniaque cette fois-ci. Azazel possède une force déconcertante pour un si petit gabarit qu'il est. Cette force lui permet de soulever un voiture sans difficulté et l'empêcher de rouler, arracher un panneau de circulation ancré dans le bitume pour s'en servir ou même porter plusieurs personnes à la fois sans aucune difficulté. Mais, c'est aussi la raison pour laquelle il se fait souvent viré de ses boulots car, tout comme ses flammes, il ne maîtrise pas celle-ci et il se retrouve à tout casser par maladresse.

Régénération rapide : Une fois encore, il ne maîtrise pas ce don car son propre corps décide de soigner ses blessures quasiment instantanément pour le remettre sur pieds. Ça ne veut pas dire qu'il est immunisé contre la douleur. Loin de là même. Ses blessures guérissent mais, il sent tout de même la peau se résorbait ou être recousu. Autant dire que la douleur est présente autant quand il subit la blessure que lorsqu'elle se résorbe.

LES CAPACITÉS : Les capacités d'Azazel sont de dormir extrêmement longtemps

Maniement du sabre japonais (ou Katana) : Suite à un entraînement long et fastidieux, Azazel est dorénavant capable de manipuler un sabre japonais. Il ne faut pas vous emballer. Il n'est pas adepte des sushis avec supplément viande de gros méchant mais, quand la bête se réveille, ça peut être terrible.
Maniement des armes blanches : Bien sûr, Azazel ne se débrouille pas seulement avec un sabre mais, il a toute une panoplie d'arme blanche pour se défendre. Allant du petit Shuriken aux bonnes vieilles épées à la française. Il est vrai que l'on est en droit de se demander comment et où il range tout cet attirail.
Mécanique et pilotage : Azazel est aussi très doué avec les machines et en particulier les engins à deux et quatre roues. Il est capable de régler un problème en moins de deux et de se montrer excellent pilote en voiture comme à moto
Agilité : De pair avec son entraînement au sabre, il s'est également entraîné à bouger vite et efficacement. Alors oui, il retombe sur ses pattes quand il tombe mais, pas que. Il est aussi très souple, ce qui l'aide beaucoup pour l'infiltration ou les manœuvres d'esquives.


shirosaki
ft. billie joe armstrong

prénom : je le garde pour moi âge actuel : 24 ans (je suis pas vieux ok /PAN) pays/région : France, Normandie impressions du forum : Bah écoutez, il est très chouette, je suis pas du genre à critiquer quand je sais pas faire éventuelles suggestions : Hmm non, j'en ai pas sur le tas qui me viennent là. fréquence de connexion : Dès qu'on a besoin de moi, j'accours un dernier mot : I need to sleep Arrow code du règlement : ma réponse est aucuns, ce n'est pas mon genre favoris


Revenir en haut Aller en bas

Azazel E. Heartless

lucifer ☩ bastard of the devil

avatar

AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (VERT ALLIGATOR)
GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican
CRIMES COMMIS : 426
DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018



ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait.
NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique.
GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires
PROFESSION : Chômeur à plein temps.




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (azazel) you are personal jesus   Jeu 15 Mar - 12:07

histoire du personnage
this is a story of my life bro'

hellfire ▬ Et tibi Pater
« Azazel, tu as encore frapper un de tes camarades ». La voie douce de cette femme gâchée toute la colère et les reproches qu'elle voulait transmettre. Face à elle, un garçon, âgé de trois ou quatre ans à peine qui pleurait à chaude larme. « Il m'a traité de monstre. Il a dit que j'étais un démon. Je me suis défendu. C'est pas vrai, j'suis pas un monstre ! ». Face à la volonté de vouloir se défendre, cette femme avait beau être triste pour lui, elle n'en demeurait pas radieuse. Elle l'avait alors pris dans ses bras, celui-ci s'accrochant à elle pour être sûr qu'il ne tombe pas ou bien qu'elle l'oubli. Une bagarre, une de plus. Ce garçon, c'était Azazel Ezeckiel Heartless. Fils du diable en personne avec le cœur de dieu, chose dont il n'avait pas conscience d'ailleurs. À ses yeux, il n'avait rien fait de mal et pourtant, il les sentait. Ces regards haineux autour de lui comme s'il était pesteux. Il n'y avait qu'elle, Moira Heartless, pour le réconforter. Comme tout petit garçon qui pleure, sa mère reste la plus efficace lorsqu'il s'agit de sécher ses larmes. « Oui, c'est vrai. Il a été méchant mais tu sais, avec ta force, tu devrais protéger les autres et gagner leurs confiances. En les effrayant, ils vont se moquer encore plus de toi... » Des paroles qui tournaient encore en boucle dans sa tête depuis. Il l'admirait. Il ne savait pas comment elle faisait pour rester aussi souriante et sans une once de colère. Les autres, même ses collègues au Vatican, la regardait de travers comme une sorcière pour avoir mis au monde l'enfant d'un démon. Pas n'importe lequel en plus. Celui du Diable en personne. Il porte tellement de noms, tellement d'identités qu'ainsi, Azazel ne connaissait pas le véritable nom de son père. Une histoire qui débute à la sortie de l'école maternelle pour lui. Une histoire qui n'est pas très joyeuse, c'est vrai, pour démarrer ainsi. Il y a trente-cinq ans maintenant, au cœur du Vatican, c'est produit un accident incluant la mort d'un des membres du Saint-Siège. Cette personne était Thomas Heartless, brillant défendeur du royaume et chasseur de démon aguerrie. Au titre de Saint-Paladin, le plus haut grade d'exorcisme, il épousa Moira Kallagan. Une jeune femme à l'esprit ouvert et à la tolérance divine qui fit flancher le cœur de Sir Thomas.
Si tolérante qu'un jour, pour protéger la congrégation du Saint-Siège et la vie de son mari, elle accepta un pacte avec le Diable en personne. Un homme sinistre qui se présenta comme un dénommé Roarke. Sa main tendue vers elle alors qu'elle demeurait au bord de l'agonie, il avait accepté de l'aider à condition qu'elle lui donne un fils. Un enfant dans lequel il pourrait se régénérer et transmettre son esprit de ce corps poussiéreux et vieux à celui d'une personne plus jeune et plus apte à recevoir ses pouvoirs sans risquer de s'effriter. Par crainte de mourir et de perdre son mari, la jeune femme tandis sa main vers cette abomination, acceptant le marcher sans résigner. Cependant incapable de cacher quoi que ce soit à son mari, elle parla à Thomas de cette incident. D'abords furieux de la honte qu'elle venait d'affligé au nom d'Heartless, il fût pris petit à petit de compassion en la voyant si dépourvue de ses moyens. Une main qui s'était rabaissée alors qu'il était partit pour la gifler pour son erreur, la prenant à la place dans ses bras pour la réconforter. Perdue, elle était totalement perdue. Jusqu'à ce que Sir Thomas ait une idée. Elever cette enfant comme leur fils, comme un être humain pour que plus tard, il puisse se retourner contre son géniteur en apprenant la vérité.

Ainsi, neuf mois plus tard, un petit garçon brillant de mille feux cyans était né. Fragile au premier abord, Thomas se demandait comment il allait pouvoir survivre avec cette apparence si rachitique. Mais Moira, elle, n'avait pas baissé les bras. Elle savait pertinemment qu'il était fort et sans craindre les flammes bleues qui entouraient le nourrisson, elle l'avait recueilli dans ses bras chaleureux. Une naissance que Sir Heartless ne pouvait laisser inconnu auprès du Saint-Siège. Debout devant l'assemblée et les Trois-Sages, il expliqua la naissance d'Azazel, très vite renommé Ezeckiel par Thomas lui-même qui refusait de voir son espoir portait le nom d'un démon bouc-émissaire. Les bras tendus devant eux, la naissance du Prince des Enfers auprès de sa propre épouse avait fait grand bruit. Les murmures se levaient autour de lui, les regards remplis de méfiance et de mépris se dirigés vers lui alors que Sir Lucci, son meilleure ami et plus fervent collègue se tenait à ses côtés pour le souvenir. Usant de son éloquence, Thomas leur lança à tous un défis. Lui, Paladin en titre, pariait sur l'avenir de son propre fils. Ainsi le considérait-il malgré tous les jugements par amour pour sa bien-aimée. Un pari simple : Azazel ou bien Ezeckiel ? De quel côté tombera le garçon ? S'il devait sombrer dans les ténèbres alors, Sir Heartlesss n'empêcherait en aucun cas l'ordre du Saint-Siège de l'exécutait comme démon qu'il était. Cependant, si Ezeckiel s'avérait vouloir protéger la Terre alors, ils devront reconnaître sa valeur et sa bonté malgré ses ascendances. Après de longues minutes perplexes, la décision des Trois Sages du Saint-Siège avait fini par tomber. Sous suggestion du Saint-Paladin en titre, l'enfant du Diable restera en vie en attendant que les circonstances tombent et prouvent sa valeur. Sans plus attendre, il avait annoncé le verdict à son épouse qui tenait encore le bambin dans ses bras par peur qu'il s'envole. Une joie immense qui avait illuminé le visage de Moira tandis que les deux époux annonçaient la nouvelle à Azazel avec un brin de malice et beaucoup d'affections.

taking back the crow ▬ dress me up and watch me die
Une décision que n'approuvait pas Roarke dans son coin. Craignant de ne pas pouvoir récupérer son réceptacle dans les temps, il envoya deux émissaires récupérer l'enfant. La première fois d'une longue série. Une attaque qui avait causé beaucoup de dégâts et surtout de pertes du côté de la petite famille Heartless. Thomas, aidé par son ami Lucci, repoussa les attaques répétitives et intenses des forces obscures grâce au pouvoir de leurs fois et de leurs armes mais, voulu protéger son épouse ainsi que son fils en retrait derrière eux, il fît barrière à une attaque de Blackheart encore obéissant à son père à cette époque. Pris d'un froid soudain, la vie s'était échappée du corps de son père adoptif petit à petit pour se figer dans la douleur pour l'éternité. Lucci, dans une fureur sans nom, retroussa ses manches pour abattre ses meilleures cartes dans le but de repousser définitivement l'assaillant et ses sous-fifres. À coups de fusil à pompe et un bâton de nicotine coincé entre les lèvres, le prêtre fit reculait suffisamment Blackheart pour le faire sortir de son église où l'attaque eu lieu. Puis, il ordonna aux autres membres du clergé présent de dresser une barrière pour repousser le démon. Moira en eu le cœur blessé devant le cadavre de son mari, Azazel comprenait très bien sa douleur alors qu'il était tout juste capable de marcher. Tenant leurs mains mutuellement, le prêtre excentrique posa ses mains sur chacune de leurs épaules pour leur jurer qu'il les protégerait.
« Maman, c'est vrai que je suis un monstre ? », « Non, tu es comme nous ». Retour à cette sortie de maternelle tumultueuse. Moira portait un Azazel somnolant sur son dos. Tellement fatigué que la queue noire qui terminait sa colonne ne battait plus de droite à gauche. Le sommeil après un ascenseur émotionnel aussi fort l'avait pris à tel point que sa mère trouvait ses questions stupides. Du moins, s'efforçait-elle de le penser. Voilà quatre ans maintenant qu'elle l'élevait seul son fils, Lucci et le Saint-Siège la protégeant contre les assauts orchestrés par Roarke. Le diable lui-même commençait à perdre patience face à ses exorcistes qui mettaient toujours ses assauts en échec par la foi de Dieu. « Pourquoi alors je ne contrôle rien quand je me met en colère. Il est devenu quoi l'autre garçon ? Lui-aussi je l'ai envoyé à l’hôpital, c'est ça ? » L’inquiétude d'Ezeckiel traversait sa bouche avec un naturel qui poignardait le cœur de sa mère. Ressentir aussi facilement la haine et malgré tout, ne pas y céder à son tour. C'est cette capacité qu'avait ce petit bout d'homme qui poussait sa mère à croire sans cesse en lui. Un fin sourire triste avait fait son apparition sur son visage mais, il ne pouvait pas le voir. Tout juste le sentir dans sa voix à sa réponse. « Personne ne se contrôle en colère, tu sais ? Tu n'es pas le seul à sortir de tes gongs de temps en temps. Le contraire aurait été même inquiétant. T'en fais pas pour l'autre garçon, c'est un solide comme toi. Sauf que toi, t'es plus solide que lui ! » L'assoupissement d'Azazel contre le dos de sa mère poussait à l'interrogation. L'avait-il écoutait au moins ? Bien sûr, Moira n'était pas si bête. Elle pensait souvent que les enfants faisaient semblant de dormir pour mieux espionner même.

Cependant, combien de temps encore le Saint-Siège se montrera patient ? En l'absence de Sir Thomas, Lucci prit la relève pour défendre la cause d'Ezeckiel face à un conseille de plus en plus impatient. Il montrait du doigt cette impatience, jouant de leur position pour cracher sur ce manque de calme et de temps. « C'est encore un enfant ! Vous voulez vraiment l'envoyer au casse-pipe maintenant alors qu'il tient tout juste debout ? Vous êtes les pires irresponsables que j'ai vu. Pas étonnant que Roarke ne décourage pas ses attaques ». Le rentre-dedans de Lucci avait toujours joué en sa faveur mais, certains membres de la congrégation grinçaient des dents en voyant un tel comportement à l'égard de ses supérieurs. Ainsi, Azazel avait grandi caché dans le plus prestigieux monastère du Vatican. Alors que sa mère se fanait d'épuisement, lui prenait en force et en courage. Mais, son mentor qui n'était autre que Lucci s'inquiétait de son comportement. Il le voyait dans le regard du démon. La tristesse, la mélancolie et la solitude causée par le rejet des autres. C'est pour palier à cette tristesse que le prêtre et nouveau Saint-Paladin avait décidé de se dévergonder. Bien entendu, il fumait et buvait toujours autant mais, avec une touche de pitrerie qui rassurait en quelque sorte Azazel. Lui qui rentrait tout juste au collège, il passait plus de temps à sécher les cours pour éviter les jugements des autres qu'à suivre ceux-ci. Si bien que le prêtre et sa mère ont fini par prendre la décision de lui faire cours dans le monastère. Plus les jours passaient, plus il prenait cette bâtisse comme une prison à rêver de voyage en regardant par la fenêtre. De quoi détourner son intention suffisamment longtemps pour que Lucci le rappel à l'ordre. Après tout, il n'aimait pas parler dans le vide et a mauvais caractère. Jusqu'à ce Azazel décide de sortir. Il avait besoin d'air, besoin de sortir, besoin de prendre ses distances un peu avec le monastère. En dehors de la barrière par envie de liberté, Roarke prit cette occasion comme une aubaine pour piéger son fils dans un des ruelles du Vatican. Apeuré, la queue entre les jambes au sens propre, le terme de ''Prince'' n'était que du sarcasme venant de la bouche de Blackheart, lui aussi présent. « Tu devrais rentrer, Père va être fâché à force ». Du sarcasme, encore et encore alors qu'il n'avait pas oublié le visage de l'assassin de son père.

Incapable de se défendre, c'était bien la première fois qu'Azazel était confronté à d'autre démon et à devoir se battre pour sa survie au lieu de laisser faire les autres. Il pouvait seulement encaisser les coups sans broncher comme il le faisait à l'école depuis des années. Jusqu'à ce qu'il entende sa mère une nouvelle fois hurler que le démon stop son assaut. Elle ne pouvait rien faire, tout comme lui. Le dégoût se lisait sur le visage du fils de Méphisto. Il l'avait toujours détesté. Trop pure, trop belle, trop gentille. Il ne comprenait pas ce qu'il lui avait trouvé. Trop faible, trop vulnérable sans que, cette fois-ci, un exorciste puisse la protéger. Alors dans un mouvement rapide, il était venu lui transpercer le cœur, lui affligeant le même sort qu'à son mari dix ans plus tôt. Tétanisé, Ezeckiel regardait sa mère se figeait dans le froid de la mort petit à petit, les larmes montant à ses yeux. Il n'arrivait plus à la maîtriser, cette colère montante envers le monde que son mentor s'efforçait de lui faire oublier. D'abord des larmes, petit à petit étouffé par la colère et les grognements d'un animal sauvage. Le Prince finissait par perdre la raison, dévoré par la volonté de ses flammes à vouloir tuer l'assassin de ses parents. Jusqu'à ce que, dans un hurlement bestial, les flammes bleues n'apparaissent dans une explosion ardente pour le protéger. Ses oreilles en pointe s’allongeant, ses crocs se faisant plus grand et ses yeux dévorés par les flammes alors que celles-ci formaient deux cornes sur sa tête. Il n'y avait plus aucune parole qui traversait sa bouche, tout juste les râles d’une bête près à dévorer la chaire de son ennemi. Laissant ce feu bleu s'élançait contre Blackheart, Azazel en avait profité pour saisir la gorge de cet ennemi sans cœur pour l'étrangler de toutes ses forces. Même si la raison avait été dévorée par ses flammes, les larmes coulaient encore le long de ses joues si bien que, malgré sa position inconfortable, Blackheart se moquait encore de lui.
Son rire fût vite étouffé lorsqu'il commença à manquer d'air, contraint de craindre pour sa survie. Il oubliait un peu vite avec sa prétention qu'il avait en face de lui une espèce de petit-frère et de ce fait, une personne aussi puissante que lui. Jusqu'à ce qu'un coup de fusil à pompe n'intervienne pour stopper le tout. Lucci, alarmé par l'explosion, avait rejoint à son tour la scène. Le cœur brisé de voir Moira frigorifiée dans un froid éternel, il lui offra une dernière friction capillaire. « Rejoins-le, je continuerais de veiller sur lui pour vous... S'il ne me donne pas du fils à retordre ». Car cela lui avait l'air tout à fait possible. Perplexe dans son analyse, son mégot de cigarette se consuma au fils où il calculait leurs chances de survie. « T'es mignon toi, comment j'vais expliquer ça au conseil... Je suis désolé ». La solution semblait simple pour lui. S'il voulait ramener Ezeckiel à la raison, il avait tout intérêt à assommer cette bête. Mettant en joue son disciple, il lui infligea un coup de bastos pour être sûr de le mettre en d'état de jeu. Après tout, Moira disait qu'il était solide, ce n'était pas pour rien. Se remettant entre son protégé et l'ennemi, Lucci donna ses dernières cartouches à Blackheart pour lui faire rebrousser chemin. Chose pas trop difficile puisque celui-ci était déjà bien entamé à cause d'Azazel.

Une soirée qui lui avait servi de leçon. Une leçon avait l'effet d'une claque aller-retour. Même durant sa phase d'inconscience le temps de laisser ses blessures se régénérer, il pleurait encore. Comme si la mort de sa mère avait été le déclencheur de tout ce chagrin accumulé qui s'échappait. Il n'y avait plus que lui pour représenter les Heartless. Lui, le bâtard du diable. À son chevet, Sir Lucci était là à veiller qu'il se remette de ce retour brutal à la réalité. L'odeur de la cigarette fumante avait aidé Azazel à ouvrir ses yeux encore humides alors que son mentor ne savait pas quoi lui dire. « On dirait qu'on est plus que toi et moi maintenant. T'es aussi têtu et borné que Thomas... » Fit finalement Lucci pour briser le silence pesant qui s'était installé. Le jeune démon avait fini par attraper le poignet de son prêtre en entendant le nom de son père, l'autre main servant à cacher ses larmes. « Je ne suis pas un démon, je ne suis pas un humain. Alors je veux être comme Papa. Apprends-moi s'il te plaît. Je … Je veux plus que d'autres personnes meurent à cause de moi. Je veux savoir me défendre ». Une demande sincère qui avait touché le Saint-Paladin. La fumée de cigarette s'évaporait dans la pièce au même titre que les pensées de Sir Lucci. Son ami avait gagné son pari et le Saint-Siège venait de gagner un allié précieux. Une demande qu'il ne pouvait donc définitivement pas refuser lorsque celle-ci est faite avec tellement de sincérité.

Sous les notes de Deep Purple et Led Zepplin, c'est en devenant officiellement le disciple du Saint-Paladin en titre qu'Azazel a pu en apprendre bien plus sur son mentor. Une personne Rock and Roll qui n'avait jamais pris le temps de s'attarder à la vie de couple pour pouvoir mieux croquer la vie à pleine dent. Même s'il approchait doucement de la soixantaine, il était toujours aussi en forme et bien conservé pour son âge. Sans doute à cause de son côté bourru et sportif. Ezeckiel l'avait très vite pris en modèle au point de se rapprocher pour tout connaître de sa vie. Du moins, ce qu'il croyait. Jusqu'à ce qu'il apprenne la raison pour laquelle Lucci était aussi loyal envers son père et la petite famille qu'il avait construite. C'était des frères d'armes depuis le jour où Thomas l'avait sauvé d'un assaut de démon. Il y a longtemps, alors que Roarke voulait éliminer les gêneurs qu'étaient le Saint-Siège et son ordre d'exorcistes gradés qu'il lui a sauvé la vie. La Nuit Boréal, ainsi l'appelait les plus anciens de l'ordre. Une nuit au bien des clergés de haut-rangs avaient été tué par le diable alors qu'il cherchait une nouvelle enveloppe corporelle. Lucci avait eu, pendant l'espace de quelque minute, le diable en lui. Celui-ci cherchant à prendre possession de son corps. Mais, au lieu de l'exécuter comme l'avait ordonné les supérieur, Thomas avait repoussé le malin afin de le sauver. Un récit qui donnait de plus en plus envie à Ezeckiel d'assouvir une forme de vengeance à son égard. « Ne sombre pas dans cette douce nuit. Ton père, le vrai, a sombré par vengeance et désir. La jalousie envers le Tout Puissant nourrissant cette haine. Ne fais pas la même erreur ». Pendant quelques instants, le jeune homme qui avait pris mûrit dans son esprit semblait voir de la tristesse dans son regard. Son mentor aussi aurait été une victime de Roarke ?
Son apprentissage auprès de Sir Lucci terminé, Azazel avait cependant décidé de pousser son entraînement ailleurs et donc, de se rendre au pays du Soleil Levant pour y apprendre le maniement des armes et ne particulier le sabre japonais. Maintenant qu'il avait les connaissances, il avait besoin de maîtrise et surtout, sur soi-même. Ainsi, il a fini par s'exiler au Japon dans un dojo à Kyoto. D'abord réticent à l'idée d'accueillir un type à queue dans le domaine, la forte volonté et le cœur en or d'Ezeckiel lui avait permis de se faire très vite accueillir par son Sensei. Et en même temps, développer une forte passion pour tout ce qui toucher à la littérature et la culture japonaise. Pour tout avouer, Azazel ne suivait pas vraiment l'actualité concernant les Avengers, Asgard ou bien encore, le recensement des êtres surnaturels. Ce n'est qu'une fois son entraînement fini et sa décision de faire sa vie aux Etats-Unis qu'il a appris l'existence de ce fameux registre. Un registre dont il refuse catégoriquement de poser sa patte dessus. Que dirait l'état si elle donnait liberté officielle au fils de Satan ? Ce n'est qu'une utopie, il n'était même pas peine d’essayer pour lui. C'est aussi pour cette raison qu'il demeure un des nombreux surhumain non-recensé de ce monde. Par crainte, une fois de plus, d'être jugé à cause de sa nature.



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago
Revenir en haut Aller en bas
 
(azazel) you are personal jesus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BARAK OBAMA : NI JESUS-CHRIST, NI FIDEL CASTRO
» [A faire] Pastorale de Jesus-2
» Jesus Navas (Photoshop CS3)
» AZAZEL ◭ Pile tu meurs, face je te tue !
» Jesus take the wheel

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
age of heroes :: identification :: fiches de présentation :: fiches validées-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: