AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (phénix) show must go on

Aller en bas 
AuteurMessage

Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: (phénix) show must go on   Dim 6 Mai - 17:53





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Il y a des jours, comme celui-là, où on regrette très sincèrement de s’être levé. Cela n’avait pourtant pas commencé si mal que ça. Si on oublie un entretien d’embauche qui s’est déroulé de manière catastrophique encore, et une chauffage qui a explosé en vomissant des flammes bleues parce qu’il s’était disputé avec son colocataire. Une dispute qui s’est finie dans les larmes, les câlins et un bon film l’air de rien. Sauf que voilà, Azazel était dorénavant seul dans l’appartement et il tournait en rond. Lewis était reparti au laboratoire, il attendait que la nuit tombe pour pouvoir continuer d’observer le ciel étoilé et la position des constellations. Une histoire de banque de données, il n’en savait pas plus. Trop scientifique pour le démon, il préfère l’action. Et là, l’action, elle répondait aux absents. Assit dans le canapé, la tête en bas et les jambes sur le dos, il feuilletait le journal pour voir ce qu’il aurait pu manquer ces derniers temps. Il passe rapidement sur la page consacrée à la lacération publique des Avengers pour se concentrer plutôt sur une histoire de racket à répétition au beau milieu du Bronx. De quoi faire plisser son nez d’interrogation tandis qu’il s’était remit à l’endroit, sa queue battant le rythme de ses pensées comme un métronome. Azazel avait eu un petit sourire dont il était le seul à connaître le secret. Le genre de petit sourire qui en disait long sur ses idées et que son chat démoniaque savait décrire. Tu vas y aller ? demandait-il par le biais de la pensée à son maître tandis que ce dernier avait replié d’un geste décidé le journal “Oui, j’ai besoin de bouger ! Depuis que j’ai cassé sa lunette d’observation, Lewis refuse que j’entre dans le laboratoire alors il faut bien que je m’occupe !”. Et quelle occupation…

Était-il conscient à ce moment-là qu’il venait de mettre les pieds dans une belle merde ? Pas du tout. Le démon avait soulevé son tee-shirt le temps d’enrouler son appendice noire autour de son torse pour la cacher et il s’était équipé de son sabre. Il lui avait juste pris sa veste avant de fermer la porte derrière lui. Direction le Bronx. Sans passer par la case métro. Impossible, il faut qu’il s’y sente obligé pour se résigner à mettre les pieds dedans. Ça puait la sueur à trois kilomètres et le collé-serré pour avoir une place était insupportable. Non-non, il faisait nuit, les trottoirs étaient vides, il pouvait se permettre de marcher sans avoir à bousculer quelqu’un sur sa route. Une fois arrivée sur place, il était davantage prudent. Azazel jettait un coup d’oeil à chaque ruelle qu’il pouvait croiser et il s’arranger toujours pour se mettre dans des endroits reclus avec un bon point d’observation. Il avait commencé à jouer à Candy Crush sur son portable pour passer le temps en voyant qu’il ne se passait rien. Du moins, rien avant qu’un cri retentisse et que des paroles défensives parviennent à ses oreilles.

Lucifer était descendu de son perchoir. Les mains dans les poches, il approchait de ces petites frappes qui s’en prenait à un pauvre gars bien habillé pour lui dérober sa valisette. Sans doute un banquier, ou un homme d’affaire -bien que très con de s’être perdu dans un tel lieu alors que la presse ne parle que d'agression à répétition, mais bon c’est typiquement new-yorkais à ce qu’il parait. “Si tout le monde rentrait chez-soi, et on limite la casse ?” avait-il lancé en guise de commentaire après avoir regarder le pauvre type détaler à toute jambe. Mais en se retournant, il avait bien vu que ces inconnus n’étaient pas du même avis. Azazel avait levé les yeux en l’air, tapotant son sabre encore dans son fourreau contre son épaule. Pour ce qui est de démontrer son dédains totals, il était très fort. Cependant, lorsque de la glace et des lumières bizarres se sont mis à jaillir des mains de chacuns, il s’est tout de suite remis en position de défense. Des démons ? se demandait-il sans prononcer un mot à voix-haute. Il n’avait même pas eu le temps de dégainer son arme qu’un troisième était arrivé dans son dos et l’avait assommé d’un grand coup sur la tête.

Et voilà comment il est arrivé ici, au beau milieu d’une cage qui ressemblait à une arène. Ce qui est plus ou moins sympa, c’est de ne pas lui avoir laisser le temps de se réveiller avant de le jeter dans la fosse aux lions. Sans sa conscience pour lui ordonner de rester en place, sa queue demeurait inerte contre le sable, au même titre que son corps. Lucifer peinait à se lever, prenant appuie sur ses mains en secouant sa tête de droite à gauche. “C’est moche de s’en prendre aux gens par derrière” avait-il lancé, pensant être encore dans cette ruelle et que son inconscience avait duré quelques secondes. Mais non, il était resté dans les vapes une bonne heure. Suffisamment longtemps pour se retrouver dans un lieu totalement inconnu, bruyant, puant la sueur et le fer.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Dim 6 Mai - 20:31





The show must go on


« Non ! » Une voix ferme clos le débat en cours dans la salle du conseil du clan. Une voix grave qui colle parfaitement à son visage impassible. La foule se divise en deux afin de créer un chemin pour la "mère". Son regard océan se pose sur le visage des deux principaux éléments perturbateurs. L'un voulait suggérer l'idée de se rendre au Wakanda, l'autre voulait avoir l'opportunité de proposer un vol de haut niveau. Tous souhaitent du Vibranium. Que ce soit pour des armes blanche ou bien pour rendre le QG du clan plus sécurisé. Au fond, tous les deux avaient le même projet : voler. Qu'il s'agisse d'un acheteur ou bien de la source elle-même en Afrique. Face à la prestance intimidante de la Mère, ils retinrent leur souffle alors que le bruit de ses pas résonne dans la pièce. Deux femmes la suivent. Sa conseillère et son général. « Le Vibranium est une matière trop pure pour être vulgairement volée. » Déclare la Mère en poursuivant son chemin jusqu'à un fauteuil sur lequel elle s'assoit. Quelques murmures fusent, elle lève la main et referme le poing, le silence revient. « Je l'achèterais. »


L'un des nouveaux membres se met alors à rire. La Mère penche la tête légèrement sur le côté, son regard toujours aussi sombre se pose sur le jeune homme. « Le Vibranium vaut des milliers et des milliers de dollars ! » S'exclame t-il avec un air dédaigneux. La Mère fait un signe de la main afin que le nouveau vienne devant elle. Il s'exécute avec une démarche fanfaronne. Un fois qu'il s'arrête, elle demande de sa voix grave : « Et ... ? » Le jeune homme tend les bras en se tournant pour indiquer la pièce comme si cela était d'une évidence pure. « Cet entrepôt stupide et fragile ne serait pas un notre lieu de rassemblement si tu possédais cet argent ! » Les commissures des lèvres de la Mère se retroussent en un sourire haineux. « Tu n'as donc rien compris ... » Elle se lève tandis que la terre se met à gronder de l'intérieur. « Ce lieu a été le début de notre clan, j'ai sué sang et eau afin de le protéger d'HYDRA ! Cet entrepôt est le symbole de notre union et du commencement ! » A travers la peau de la Mère, les veines brillent d'une lueur orange. La lave est sa colère. La lave est son sang. « Oses-tu mettre en doute mes paroles !? »

Un homme entre, essoufflé d'avoir couru dans les divers grands couloir du QG. Il déclare alors qu'un nouveau prisonnier est présent. La Mère se lève et lance un regard au premier l'ayant défié. « Emmenez-le. » Deux mutants attrapent le perturbateur tandis que la Mère - suivie des deux femmes - empruntent la sortie de la pièce. Elle suit le mutant dans les couloirs puis observe le nouveau prisonnier. Étalé dans le sable, il est assommé. Toute l'histoire est expliquée. Il aurait empêché le vol d'un homme riche. La Mère ne décroche pas son regard de sa silhouette dans l'arène décorée par le sang des anciens perdants. « Tu l'as désarmé ? » Demande t-elle. Son interlocuteur hoche la tête positivement. « Voyons a qui nous avons à faire. » Lâche t-elle avant de prendre le chemin de son trône décoré des crânes de ses ennemis. Elle s'assied puis observe le prisonnier se réveiller. D'un signe de tête, le mutant l'ayant défié tout à l'heure est jeté dans le sable à son tour. La foule commence à entourer la cage circulaire. La Mère laisse un peu de temps au prisonnier de s'éveiller puis elle lève la main. D'une voix forte et ferme, sa conseillère s'adresse aux deux prisonniers : « Seule la mort de l'autre peut garantir la survie. La Mère vous donne la chance de racheter vos fautes par le sang. Aucun pouvoir n'est toléré. » Lorsqu'elle pense que les deux ont assimilés les informations, la femme se tourne vers la leader des Bloody Children. Cette dernière répond d'un hochement de tête. « Commencez ! »

Made by Neon Demon



___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Lun 7 Mai - 12:49





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Azazel n’avait aucune foutue idée de ce qu’il avait empêché, et de toutes les conséquences que cela a engendré, passées comme futures. Tout ce qui l’intéresse, se sont les faits actuels et ils n’étaient pas en sa faveur. Se relevant lentement mais sûrement, il sondait les environs. Une cage. Une putain de cage. De quoi le rendre nerveux et il y avait de quoi. Chaque cri de la foule, heureux sans doute d’avoir un peu de distraction et de sang neuf, résonnait dans son esprit, lui donnant une migraine inqualifiable qui l’avait poussé à se tenir la tête. Le démon cherchait une sortie du regard, haletant légèrement en voyant le sol rougis et sentant l’odeur ferreux qui lui avait permit de déduire qu’il ne s’agissait pas de ketchup. Mais ce qui l’avait tétanisé le plus, c’était les crânes qui décoraient le siège de ce qui semblait être la maîtresse des lieux. Des humains, c’était la seule chose dont il était assuré car il ne possédait pas cette odeur de souffre commune à ceux de son espèce et en particulier son “grand-frère”. Seule la mort de l'autre peut garantir la survie. La Mère vous donne la chance de racheter vos fautes par le sang. Aucun pouvoir n'est toléré. “Quoi ?” fut le seul mot qui s’était extirpé de sa bouche après ce long moment de comatage. Mais en guise de réponse, il n’y avait que cette autre personne jetée dans l’arène pour lui faire face. A priori, il n’était pas tombé chez des petits plaisantins. Aucun pouvoir n’est toléré, facile à dire. “Et si j’ai pas envie de me battre !?” gonda-t-il. La question n’était pas anodine, un peu innocente peut-être. Et tout ce que Lucifer avait récolté, c’était des rires. Rien de bien glorieux en soit.

Commencez ! Sa requête n’avait même pas été entendu et l’autre, visiblement motivé par son instinct de survie, s’était approché de lui poing en avant. Automatiquement, Azazel cherchait à empoigner son sabre pour se défendre, mais le vide se présentait à ses doigts, lui faisant comprendre qu’il n’avait pas son arme. Son sabre, son précieux sabre, aussi important que sa propre vie à ses yeux était là-bas, de l’autre côté du grillage, tenu par un de ceux qui l’avait emmené ici. Retenant une injure, il s’était baissé rapidement pour éviter le coup. C’est d’ailleurs tout ce que le démon faisait. Éviter les attaques, trop dépourvu et perdu pour répliquer comme un animal en cage démuni. ”Mais faut que j’vous le dise en quelle langue, j’ai pas envie de me battre !” Plus l’autre attaquait sans raison, plus il sentait la colère monter.

A force de reculer pour se dérober des coups, Lucifer avait fini par être acculé dans un coin, contre les limites métalliques de l’arène. Il sentait presque le souffle des spectateurs abrutis par la violence contre sa nuque. Pourtant, oui pourtant, l’un d’entre eux avait réussi à le motiver. Il avait peur que ça soit la panique qui le fasse halluciner, mais Azazel aurait juré entre Blackheart derrière lui. Défends-toi, il ne va pas s’arrêter, ce n’est qu’un humain en détresse …. le démon s’était retourné vivement pour confirmer ses doutes, mais il n’y avait déjà plus personne. D’autant plus que cet instant de déconcentration avait permis à son agresseur de lui donner un violent coup dans la mâchoire au point de la déboiter. Sonné, ses secondes de reconcentration avaient permis à l’autre de savourer ce moment de satisfaction, acclamé par la foule. Pas de pouvoir, hein ? Et comment on fait quand les pouvoirs demandent pas l’avis du propriétaire ? Azazel n’était pas tombé et sa mâchoire était remise en place, comme si rien ne s’était passé. Même l’écorchure dûe à la force de frappe avait disparu de sa peau et le regard du démon s’était assombrit. ”Ah ouai, tu veux jouer à ça ?” Pour une fois, il allait écouter son grand-frère, c’est une question de survie après tout. Lucifer avait à son tour user de la déconcentration de l’autre pour agripper ses mains au grillage afin d’avoir un appuie et lui asséner un violent coup de pieds avec ses deux jambes. Une force de frappe naturellement si puissante que le pauvre bougre s’est retrouvé projeté à l’autre bout de l’arène, son dos claquant contre le métal à lui briser les vertèbres. Il espère très sincèrement pour lui qu’il ait les os solides, car Lucifer n’allait pas ménager ses coups. ”Viens ! Viens-là j’t’attend !” Ce n’était pas un cri, c’était un rugissement. Le démon s’était mit à quatre-patte, sa queue battant de droite à gauche comme les félins prêts à bondir. Et c’est ce qu’il fit. L’autre s’était décalé -fort heureusement pour lui- pour qu’il aille s’écraser à son tour contre le grillage, sauf qu’il a sû se réceptionner comme il faut.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Lun 7 Mai - 14:08






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.



La Mère observait le combat qui se déroulait. Au début, l'homme avec une mutation physique en forme de longue queue sombre ne faisait qu'esquiver les coups. Pourquoi ne se battait-il pas ? Le combat faisait partie de la vie, la Mère le savait très bien puisqu'elle avait du se battre depuis sa petite enfance. Que cela soit physiquement ou mentalement. L'inconnu était rapide et agile. Il esquivait les coups du traître avec une légèreté déconcertante. Lorsqu'il reçoit enfin un coup. Le temps semble s'arrêter. La foule hurle mais le bruit devient presque inaudible. Le traître a donné toute sa force en un coup de poing. Il tend les bras en hurlant. Poussé par l'adrénaline et l'instinct primaire de survie. Il lance un regard vers le trône. Mais tout Bloody Children qui se respecte sait qu'il ne faut jamais hurler "victoire" trop tôt. Quelque chose cloche. Pour un mutant, deux pouvoirs était le meilleur de ce qu'il pouvait recevoir. Du moins, s'il le contrôlait. Cet homme là semblait avoir bien plus de ressources.

La Mère comptait déjà deux dons. La mutation physique qui lui donnait un membre en plus et celle de régénération. Puis vint le coup d'une puissance énorme. Une force décuplée s'ajoutait aux dons. Le traître s'était probablement fracturé les côtes contre la grille. Pourtant, il tentait de se relever, évitant un second coup du brun, en crachant du sang. La Mère leva la main puis ferma le poing. Arrêter un combat était une première dans toute l'histoire du clan. La foule se tut, laissant un silence régner dans l'arène. Sa conseillère déclara alors : "Stoppez le combat !". Le traître se releva, chancelant et souffrant en silence ou presque. La Mère se leva alors puis descendit vers l'entré de la cage. Un hochement de tête. L'un de ses sbires ouvre la porte. Elle entre en étant prête à répliquer si l'un d'eux s'attaquaient à elle. "Mère ! Laisses-moi le tuer ! Je peux le faire !" Supplie le traître, il est ignoré. Si elle n'avait pas arrêté le combat, il serait déjà mort. Son destin était déjà scellé de toute manière.

Pour le moment, les yeux océan de la Mère observent l'inconnu avec un air à la fois fasciné et intrigué. S'il n'était pas un mutant, qu'est ce qu'il pouvait bien être ? Un dieu ? Non. Elle connaissait déjà Loki à son grand désespoir et il était physiquement plus grand et large qu'elle. « Tu n'es pas un homo superior. Tu n'es pas non plus un dieu et encore moins un humain. » Constate la Mère. « Pourquoi être venu sur notre territoire pour défendre un humain ? »


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Lun 7 Mai - 22:54





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

La cohue environnante lacère son esprit, et il se sent partir, abrutit. Tapes, tapes, tapes les poings contre les grilles, sonnent les tambours de guerre, prisonnier de ce qui est -à première vue- une bande de monstre qui n’a aucune rancune à enfermer un innocent en cage pour le bon plaisir de se divertir. Le seul mot “prisonnier” raisonne dans son esprit, et lui suffit à le faire angoisser. Une angoisse qui nourrit une rage silencieuse depuis trop longtemps. Une rage qu’un murmure familier s’amuse à pousser vers la porte de sortie. Azazel est persuadé qu’il n’avait pas rêvé. Qu’il a bien entendu la voix de son demi grand-frère dans les tribunes et qu’il en a profité pour verser son venin à son oreille. La suite n’est le résultat que d’une cause à effet. D’abord sonné, traîné ici contre son insu, la sensation d’être entravé de toute part nourrie sa panique. Panique qui l’empêche de maintenir le contrôle, souffle diabolique au creux de ses oreilles pointues qui le pousse : et voici. Voici la bête lâchée, la bête qui s’enrage, le démon qui ne cherche plus à contenir quoi que ce soit si cela peut lui apporter sa liberté. Pour le moment, pas de trace de ses amies, mais une force monstrueuse et des blessures déjà soignées. Il brise les côtes de son adversaire, il ne reculera pas si cela est nécessaire.

Au fond, le démon à soif.

Longtemps mit dans une cage dorée, longtemps contrôlé par le Vatican, longtemps soumis à la volonté du seigneur par question de bon principe au point de renier sa nature, la voilà qui explose doucement mais sûrement. L’autre a esquivé son coup, s’est éloigné et a obéis bien sagement à l’arrêt du combat. Lucifer, non. Ses yeux fixaient sa cible et ne prêtait pas attention à cette nouvelle arrivante dans l’arène. Ses doigts serraient les mailles de la cage tandis que ses pieds se coincent dedans pour rester accrocher. Sa longue appendice noirâtre fouettait l’air nerveusement et il ne quittait pas du regard cet idiot qui n'obéissait pas à sa “mère”. Le tuer, vraiment ? Ce seul mot avait suffit pour que le démon rugisse de nouveau, les crocs en avant, prêts à déchiqueter la nuque de l’autre s’il continuait de se la jouer. Pendant ce rugissement furieux, les flammes éclairant l’arène s’étaient éteintes, remplacées par des flammes d’un bleu océan. Ça y est, elles étaient là, ses alliées. Elles prenaient possession de la salle, densifiant leurs flambeaux dès qu’un abrutit avait le malheur de les approcher.

Aussi bleu que ces yeux qui le fixaient. Lucifer avait enfin daigné à tourner la tête vers la matriarche de cette tribu pour porter son attention sur elle. Ses yeux avaient changé de couleur. Du vert, ils étaient passés au bleu et au rouge, flamboyant en échos des flammes qui venaient d’apparaître. Il avait lâché sa prise pour descendre de son perchoir de fortune, rejoignant lourdement le sol en se réceptionnant sur ses quatre membres. La question que tout le monde lui pose avait fini par tomber, et Azazel ne répondait pas tout de suite. Il semblait être dans une sorte de transe, une phase d’absence où il se laissait bouffer par la crainte. Si cette femme est respectée dans un univers aussi barbare, c’est qu’elle doit être sacrément puissante. Ainsi fonctionnait sa logique tandis que sa bouche s’entrouvrait enfin. “Homo Superior…. Qu’est-ce que c’est ? …” Haletant, ses soupirs étaient accompagnés de fines flammèches bleues à peine visible, comme s’il suffoquait dans celles-ci. Hormis être un titre incroyablement pompeux et doté d’un fort taux d’arrogance, il n’avait aucune idée de à quoi elle faisait allusion. Il avait pris son temps, mais aux bouts de longues secondes silencieuses, il avait repris “Parce que c’est mon devoir…. Je dois … Aider les plus faibles…” Son frère devait sans doute soupirer et lever les yeux aux cieux de là où il était, mais il l’entendait encore. L’autre était toujours en vie, et il n’avait pas récupéré son sabre. En soit, il n’avançait à rien. Il voulait sortir d’ici et c’est dans ces cas-là qu’il regrettait de ne pas être doté d’une faculté de téléportation comme son aîné.

De malédiction, il n’y en aura plus; le trône de Dieu et de l’Agneau sera dressé dans la ville, et les serviteurs de Dieu l’adoreront; ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. Lucifer n’a pas fini, l’autre respire encore et c’est pour cette raison que son regard se fige de nouveau sur lui. Il lève la main en sa direction, paume vers la terre qui se retourne vers le ciel subitement. Les flammes bleutées se forment dans celle-ci et dans un coin à l’écart de la pièce, son frère le regarde, à la fois admiratif et intéressé. Son sourire s'agrandit sur sa sale face de fouine, et Azazel au centre de l’arène ferme sa main subitement, faisant disparaître toute trace de flamme. Il avait fallu attendre quelques secondes qui parurent une éternité. Puis son adversaire, clamant le meurtre un peu plus tôt, était victime d’un fulgurant brasier couleur ciel qui le dévore de la tête au pied. “J’ai gagné, je veux mon sabre.” Déclare-t-il, assuré et surtout, inconnu aux règles qui dirigent cette assemblée.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mar 8 Mai - 1:00






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.







La situation devient incontrôlable. Du feu se pointe alors qu'elle n'a rien fait. Elle n'avait pas d'autres pyrokinésistes dans son clan. L'inconnu était devenu ce qui ressemblait le plus à un monstre. Cette voix déformée. Ces flammèches bleues. Le corps du traître qui tombe dans le sable. les Bloody Children se remettent à hurler. Frappant la grille. Hurlant pour voir le sang couler. Il avait usé de pouvoirs. Le combat avait été inégal. Les enfants voulaient la justice. Ils désiraient la mort de l'inconnu. Les réponses qu'il lui avait donné avant que le corps ne soit mordu par les flammes bleues avait plus intriguées la Mère qu'autre chose. Il en fallait beaucoup pour l'effrayer, elle avait déjà assisté aux événements de New York. Si elle était loin d'être parfaite, elle devait le faire paraître en tant que Bloody Mother ... Les cris lui vrillent les tympans. Tandis qu'en face d'elle se tient un monstre. Alors que l'inconnu déclare qu'il est libre parce qu'il a gagné le combat, la Mère se retrouve le cul entre deux chaises. Épargner l'inconnu au détriment des sentiments de son clan. Ou bien essayer de le tuer.

Entre sa fatigue de devoir toujours supporter le dieu de la malice qui se pointe toujours dans les moments où elle est concentrée et de devoir gérer son clan, ces cris, elle ne les supportait plus. « ASSEZ ! » Une voix forte. Ferme. Pleine de colère. Le sol tremble en un grognement comme s'il menaçait d'exploser à tout instant. Elle regarde le prisonnier et déclare : « Tu n'es pas un mutant, ce combat n'était pas égal. » Elle n'était pas idiote, si elle faisait face à cette chose, elle mourrait. De plus, elle voulait en savoir plus. « Mais je vais racheter ta liberté parce que je veux savoir qui tu es et ce que tu es. » Sa conseillère accourt presque vers elle pour lui murmurer : "Mère, tu ne peux pas faire cela, si l'un d'eux te détrône..." « Je n'envisage pas de mourir aujourd'hui... Remets-lui ses affaires personnelles. » La coupe t-elle. La Mère fait un geste de main afin que l'inconnu sorte de la cage. Elle avait déjà gagné. Elle le savait. Ses enfants le savaient.

Une fois que l'arène se vide, la Mère sort son propre sabre qu'elle aimerait voir un jour en Vibranium puis en quelques secondes, le sable devient lave puis roche. Quatre prisonniers sont alors lâchés dans l'arène. Ils ont étés armés également. La conseillère déclare une nouvelle fois les règles du combat. La Mère se fait vite encerclée puis commence alors à se battre. Agile. Douée. Elle laisse éclater sa rage en frappant d'abord de ses points puis de son sabre. Le sang vole. Atterri contre son visage. L'un des trois mutants restant parvient à lui trancher la cuisse. La Mère rugit et la Terre tremble sous leurs pieds. Ses veines sont visible à travers sa peau. La lave coule en elle, remplaçant le sang. Cependant, elle n'use pas de ses dons. Seules un filament de magma sort de la blessure de sa cuisse. Elle continue. Utilise son expérience. Déchiquette l'estomac du second. Ses enfants sont silencieux. Son général veille à ce que l'inconnu ne parte pas ou ne tente rien de dangereux. La Mère finit par tuer les deux restant. Elle savait qu'elle gagnerait. Ses enfants également. Le sang de ses ennemis est son armure. Il dégouline le long de sa peau. Le silence est d'or. Les prisonniers ont payés leurs actes par la justice du clan. La porte de l'arène s'ouvre à nouveau et elle sort. La Mère s'adresse alors à l'inconnu. « Suis-moi, tu pourras repartir ensuite. » Déclare t-elle sans s'arrêter dans sa démarche.


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mar 8 Mai - 15:21





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Qu’est-ce que ça peut bien lui faire que le combat ait été inégale ?  Il n’est pas venu de son propre chef et c’est un démon. Aussi dégoulinant de bonté soit-il comparé aux autres de son espèce, il n’en reste pas moins un menteur né et un penchant certain pour la violence. D’autant plus que sa nature prenant petit-à-petit le dessus, étouffant l’esprit d’Ezeckiel au point de déformer sa voix. C’était fini selon lui, il avait rempli sa part du contrat. Il pouvait partir. Il voulait partir. Le meurtre de l’autre, et le ASSEZ! hurlé de plus belle semblaient le réveiller doucement mais sûrement. Il s’était remit sur ses deux jambes, avait eu un léger sursaut. Ses yeux demeuraient toujours vides d’expressions, mais ses mains traduisaient le doute. Il regardait autour de lui, les torches diffusant une luminescence bleue, rendant l’ambiance aussi glaçante que effrayante. Un peu comme cette femme qui était restée silencieuse pendant ses premières minutes dans cette arène, et qui maintenant se montrait particulièrement bavarde à son goût.

Lucifer ne disait plus rien, il se figeait dans le silence.
Il attendait la suite de sa demande, il n’y avait rien d’autre qui l’intéressait. Et il savait qu’il était observé, d’où le fait qu’il refusait une nouvelle fois de sombrer. Ce qui est fait est fait, il ne compte pas se démener pour revenir en arrière ou sauver un mort. Azazel s’apprêtait à rétorquer pour défendre son point de vue quant à “l’inégalité” de ce combat, mais il n’en avait pas eu le temps. La “Mère” avait renchéris avec des propos qui le rendaient à la fois satisfait et perplexe. Comment ça racheter ? Avec ce terme, il s’attendait à ce qu’il y ait une transaction monétaire -chose qui l’embêtait car il n’avait que très peu d’argent sur lui.

Pas besoin. Voilà qu’on lui empoigne le bras et qu’on le force à sortir de la cage. Ses jambes s’emmêle sous la précipitation, mais il ne tombe pas. Il se contente de remuer son appendice noir de manière désorganisé, tout comme ses pas. Son visage se déride lorsqu’on lui remet ce qu’il souhaite dans ses bras. Le soulagement allège son expression perdu, et ses doigts resserrent le fourreau bleu où est dessiné un dragon de jade fleuri de blanc. Le simple fait d’avoir retrouvé cet objet dans ses mains lui permet de reprendre son souffle, d’apaiser les flammes et d’être de nouveau attentif. De toutes façons, il n’a pas le choix. Le général a sa lame posé sur sa jugulaire, le forçant ainsi à non seulement rester tranquille, mais en plus à garder la tête relevée pour l’obliger à regarder la Mère.
Et que d’attention.

La fureur se déchaîne dans cette arène où il avait été contraint d’y élire domicile. Son estomac se sert devant ces mises à morts gratuites. Azazel se tortille, gigote. L’emprise sur son bras se raffermit, la lame commence à trancher sa peau sous le joue de sa propre agitation et il se sent tiré à contre-sens pour lui faire comprendre de se calmer. Il laisse juste un grognement pousser entre ses lèvres, sa queue noire fouettant les jambes de son garde sans réellement le vouloir. Son estomac s’accroche du mieux qu’il peut, mais ses yeux se ferment. Sa tête lui fait affreusement mal, il a l’impression de baigner dans un environnement qui l’appelle et qui fait partie de lui. Il doute, il commence à se faire des films. A croire que son frère l’avait encore manipuler pour le plonger là-dedans.
Une fois de plus, il force, il refuse de voir ce spectacle, cette femme le terrifie et c’est ce qui fait gronder davantage ses flammes. Puis elle finit par s’arrêter. Quand il n’y avait plus que des carcasses inertes au sol.

Le démon accepte de rouvrir les yeux lorsque la lame ne demeure plus contre sa peau et que le silence devient lourd. Difficile de tenir en place lorsqu’il la voit approcher. Craignant d’être le suivant, Azazel fait de son mieux pour reprendre son calme. Il sert automatiquement contre lui son sabre tandis qu’il bouscule la générale derrière lui dans son recul. La suivre ? Il n’a pas envie. Mais elle parle de le libérer, alors comme bon démon qu’il se doit, il n’écoute que son intérêt. Ainsi donc, Azazel emboîte son pas et il a l’impression que les couloirs sont interminables. “Où m’emmènes-tu ?” Enfin, il ouvre la bouche et sa voix demeure normale, comme durant les premières secondes à son réveil.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mar 8 Mai - 19:20






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.







La Mère reste silencieuse. Seul le son de ses pas, ceux de l'inconnu et de sa général résonnent en écho dans le long couloir. Petit à petit, la décoration change. Les crânes ne sont plus présents mais le rouge et le noir restent les couleurs prédominantes. Sa cuisse continuait de saigner, laissant sur le sol des gouttes de lave, puis lorsqu'elle redevient calme, c'est le sang qui se met à couler sur le sol. Rien de grave en soi. Une cicatrice de plus ou de moins ne changerait plus rien désormais. Pendant ce long moment de silence, la Mère finit par s'arrêter face à une porte qu'elle ouvre. C'est une salle de repos. La sienne. La première chose que l'on voit en entrant est un lit à baldaquin. Un canapé et un fauteuil sont disposés dans un coin où une télé à écran plasma est accrochée à un mur. Une table se trouve non loin d'un meuble. L'odeur du fer, de la sueur et du sang n'est plus présente. Un parfum frais de jasmin embaume la pièce. Elle entre. Laisse le temps à l'inconnu d'entrer avant de faire signe à son général. Cette dernière ferme la porte mais reste à l'extérieur afin de garder le lieu.

Ce lieu où la Mère redevient Phénix et où Phénix redevient la Mère chaque matins. « Tu n'as plus rien à craindre maintenant. » Sa voix est plus humaine bien qu'elle garde une certaine fermeté. Elle se saisie d'une serviette pour retirer le sang de son visage et de ses bras. « Qu'est ce que tu es, si tu n'es pas un mutant ? Un projet de HYDRA ? » Elle lui désigne un fauteuil de la main afin qu'il puisse s'asseoir s'il le souhaite. « Tu n'as rien d'un dieu. Sans offense. Et rien d'un humain. » Phénix nettoie également la lame ensanglanté de son sabre qu'elle remet dans son fourreau à sa ceinture avant de jeter la serviette plus loin sur le sol. La jeune femme saisit une nouvelle serviette immaculé qu'elle presse contre sa cuisse puis fait quelques pas avant de prendre place dans le fauteuil.


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mar 8 Mai - 23:08





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Azazel suit, s’avance dans les couloirs, n’ayant pas de réponse à sa question. Une question simple, une question qui n’en demande pourtant pas un long monologue d’explication. Et pourtant, il n’y avait rien. Rien d’autre que des bruits de pas, et un blanc glacial. Le démon agrippait son sabre comme s’il craignait qu’on le lui vole de nouveau, et il ne perdait pas la trace de la Mère. De temps en temps, il jetait un oeil aux alentours. Il n’y avait plus de crane, plus de sang. Maintenant qu’il était éloigné du bruit, Azazel pouvait réfléchir et ce décor lui rappelait un peu l’ambiance Mad Maxienne. S’il n’était pas sous pression, il en sourirait sûrement.
La marche s’arrête, pour lui et elles.

Il jette un oeil sur la générale, comme pour lui demander ce qui allait se passer. Mais encore une fois, rien. Décidément, ils aimaient beaucoup le mystère dans le coin. La Mère avait ouvert la porte, ainsi que la marche, puis il était poussé à l’intérieur. Le silence. C’était la première chose qui lui avait frappé l’esprit. Pas de cris, pas de hurlement, pas de sifflement. Sa tête pouvait enfin se reposer, et il en était heureux. Azazel se permettait même de sourire brièvement. Jusque la voix de cette femme parvienne à ses esgourdes pointues.
La stupeur. C’est ce qui se lisait sur ses yeux redevenus verts tandis qu’il acceptait l’invitation et qu’il s’asseyait dans le siège désigné. Ce n’était pas de trop, ”Vraiment ?” On l’avait beaucoup roulé ce soir, il est normal qu’il se méfie un peu.

Tournant un peu sa tête sur le côté en la regardant faire, sa bouche ne s’ouvrait pas. Pas avant qu’elle est finie de lui présenter la raison pour laquelle elle l’avait emmené dans sa chambre de repos privée. D’ailleurs, pourquoi un tel lieu ? Il suffisait de partir de l'entrepôt, elle était leur chef non ? Elle pouvait faire ce qu’elle voulait. Azazel avait bien cru qu’elle ne se soignerait jamais la cuisse, mais elle avait fini par le faire. Mutant, un nouveau mot dans son esprit. Un mot qui lui parlait plus et qu’il avait souvent vu dans les journaux. Il avait relevé le menton, essayant de trouver les mots dans le plafond. Sa bouche s’est ouverte, puis s’est refermé sans émettre un son.
”Si je te le dis, tu ne me croirais pas. Bien que tu viens de faire référence à des dieux” Il pose son sabre au sol, le fait tournoyer et fini par parler. ”Non, je ne suis certainement pas un pantin d’HYDRA. Bien qu’il m’ait envoyé leur toutou il y a longtemps pour me retirer de chez-moi”. Lucifer avait pris un temps de pause, pour rassembler son courage. Ce mot était si difficile à dire, à la fois si réaliste et si honteux. ”En effet, je ne suis pas un humain, je ne suis pas un dieu, je ne suis pas un mutant. Je suis un démon. Fils de Mephisto, Prince des Enfers, cadet de Coeur Noir”. Azazel avait relevé son regard pour le planter sur elle. Il voulait sonder sa réaction, puis il avait profité du silence pour terminer ses présentations. ”Mon nom est Azazel Ezeckiel Heartless. Mais on m’appelle aussi Lucifer.” Un bref sourire. Un petit sourire pour essayer de rendre la nouvelle digérable.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mer 9 Mai - 1:05






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.







Phénix n'esquisse qu'un petit sourire face à la réponse première de l'inconnu. Normal pour lui de penser que je désirais sa mort. Nous avions un code, des principes qui ne pouvaient pas être transgressés au risque de créer une anarchie. « Je sais, tu dois penser que nous sommes des monstres. Mais ce que nous faisons, nous le faisons pour une bonne raison. » Facile à dire, il semblait ne pas du tout connaître les Bloody Children. La jeune femme est alors à l'écoute. Attentive et silencieuse. Enregistrant chacune des paroles de l'homme. Elle fronce les sourcils à quelques moments. Un démon ? Lucifer ? Quoi ? Si au début, la jeune femme pouvait penser qu'il s'agissait d'une blague, elle se remémorait la voix démoniaque qu'il avait eut dans l'arène. De sa force décuplée mais aussi de son air de ... Monstre. S'il n'avait pas effrayé Bloody Mother, Phénix avait éprouvé de la peur à cet instant là. Mais tout de suite, elle était bien plus intriguée qu'autre chose. Elle qui pensait avoir déjà tout vu, visiblement, son savoir ne devait pas être considéré comme acquis.

Phénix était surprise et cela pouvait se voir dans son regard. Mais d'un côté ... Le débarquement d'Aliens à New York l'avait un peu vacciné. Comme quoi tout était possible. « L'enfer existe donc réellement ? » Des questions fusaient dans sa tête. La jeune femme devait faire un effort surhumain pour ne pas toutes les déballer. « Je ne comprends pas ... Tu es un démon et pour le peu que je sais sur le sujet, ils ne sont pas censés aider les humains ... Cet homme que tu as défendu n'était pas quelqu'un de faible. Nous étions sur sa piste depuis plusieurs mois. » Affirme t-elle. Phénix ne regarde pas le démon comme un monstre dans un cirque de l'horreur, bien au contraire. Malgré sa frustration de ne pas avoir put attrapé l'humain, Azazel semble avoir piqué sa curiosité, chose rare. « Je m'appelle Phénix et tous les gens que tu as pu voir sont des Homo Superior. Des mutants. » Phénix avait eut l'impression de voir une pointe d'incompréhension lorsque ce mot avait franchit la barrière de ses lèvres.


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mer 9 Mai - 13:47





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Azazel se contentait d’écouter. Il n’avait pas l’intention de la contredire, ou de remettre en doute ses paroles. En contrecoup, c’est une nuée de question, et le démon s’était retrouvé avec la même retenue qu’elle s’en doute. Celle qui l’empêchait de verser toutes ses interrogations afin d’avoir des éclaircissements. Il se pourrait alors qu’il ait besoin de rester un peu plus longtemps. En échos à sa plaidoirie, il avait ouvert de nouveau la bouche après quelques secondes d’hésitations. ”Qui suis-je pour juger de vos actions ? Je ne suis certainement pas le mieux placé pour ça. Mais je suis curieux de savoir les bonnes raisons en question”. Son ton, calme et posé, très loin de cette voix venue des Enfers un peu plus tôt, avait quelque chose de rassurant. Oh oui, Azazel était unique en son genre, et la Mère ne se doutait pas à quel point. Il se perdait dans ses pensées, l’éclat de ses yeux alimentant le vide. Il s’était accoudé, prononçant plus pour lui-même que pour appuyer ce qu’il venait de dire. ”C’était effrayant.”
De la peur qui avait nourris ses gestes et son comportement. Il ne voulait pas être ce genre de personne. Il s’efforçait de ne pas sombrer et de ne pas devenir ce que les autres attendaient de lui. Une certaine forme de rébellion en faites. Pour prouver à la Terre entière que le monde n’est pas blanc ou noir, il y a des contrastes.

La question de la brune au sujet des Enfers avait une touche … Innocente, voir enfantine qui lui plaisait. Pourquoi lui demandait-elle ceci alors qu’elle avait rencontré une divinité ? Enfin, s’il se fiait à une certaine logique. ”Oui, mais pas comme tu l’imagines. Enfin je suppose, je n’y ai jamais mis les pieds. Et j’ai tout intérêt à ne jamais y aller. Mais si j’en crois mon frère, c’est plus près qu’on le pense et l’expression l’Enfer sur Terre à tout son sens puisqu’il est sur cette planète, mais dans une dimension miroir que seul les plus puissants démons peuvent quitter”.
Il était à l’aise à présent, Azazel. C’est pour cette raison qu’il prenait le temps de lui expliquer. Et encore. Le démon lui expliquait des choses qu’il n’avait pas vu de ses propres yeux. Son Père, le vrai, l’y attendait de pied ferme pour détruire son âme et prendre possession de son corps si particulier qui pouvait contenir les plus puissantes essences démoniaques. A votre avis, s’il y a cette fameuse contrainte pour sortir des Enfers, comment Azazel peut marcher et vivre librement sur Terre ?

C’est l’origine de son sourire nerveux et son soupir tut. Phénix donc. Il avait préféré écouter la fin de son discours pour reprendre. Une femme contrôlant la lave portant le nom d’un oiseau renaissant de ses cendres, il trouvait ceci poétique. Avec une certaine forme de farce de la part du destin. Azazel avait repris en s’étant remis une fois de plus à ses aises sur son fauteuil, ayant bien du mal à tenir en place à cause de l’étrangeté de la situation. ”Enchanté, enfin si je puis dire. Il y a des façons moins … sanglantes de faire connaissance. Tu vas probablement te moquer de moi, ou bien me détester, mais je ne connaissais pas l’existence des mutants.” A la fin de son aveu honteux, il avait relevé le regard vers Phénix, et de la prudence se lisait dans son regard.
Il avait repris ses explications. ”Si je suis intervenu, c’est parce que je croyais qu’il se faisait attaquer par d’autres démons. J’ai beau avoir le titre de prince de naissance, je ne suis pas vraiment apprécié par les autres membres de mon espèce. J’ai grandi dans un couvent, parmi les humains. L’Ordre d’exorcistes pour lequel je travaille m’a élevé pour que je devienne leur arme la plus efficace contre les démons, et c’est ce que je fais. Je les repousse et je les renvoie en Enfers. Je m’attendais pas vraiment à … croiser des mutants et être jetés dans l’arène. Ce que t’as vu, c’est exceptionnel. C’est comme ça quand j’ai peur ou que je me sens attaqué, mes facultés ne me répondent plus. Elles veulent juste me défendre et me protéger. Du coup, c’est … un accident. J’ai vu des flammes, des pics de glace, j’me suis dis “oh putain des démons” et puis j’ai pas été assez prudent.” Il avait laissé un rire s’échapper à la fin de sa phrase, un automatisme et une réaction maintenant qu’il revoit la scène dans son esprit de manière plus rocambolesque. ”Cela dit, démon ou mutant, quand on s’en prend à quelqu’un devant moi, j’ai du mal à laisser passer.”

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mer 9 Mai - 15:46






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.







Phenix se redresse tout en écoutant attentivement Azazel. Elle pose ses coudes contre ses cuisses puis se penche légèrement en avant. Elle ne comprenait pas pourquoi lui était ici. Comment avait-il franchit cette dimension ? Était-il l'un de ces fameux démons puissants qui pouvaient sortir des enfers ? Tout cela était complexe et surtout d'une étrangeté sans nom. Lorsqu'il déclare ne rien connaître sur les Homo Superior, Phénix ne lui adresse aucun regard jugeur. Pourquoi le détesterait-elle ? La plupart des mutants se cachaient et ils avaient raison. La jeune femme le laisse parler. Et lorsqu'il déclare ne pas avoir de réel contrôle sur ses dons, elle ne peut s'empêcher de regarder ses propres mains. Cela faisait si longtemps qu'elle craignait son propre pouvoir de géokinésie. Il se montrait toujours dès qu'elle avait peur. Se craindre, elle savait trop bien ce que c'était. C'était une peur qui consumait de l'intérieur. Elle comprenait mieux pourquoi Azazel avait tout d'abord refusé de se battre. Cela ne se voyait peut-être pas sur son visage, mais Phénix se sentait véritablement désolée de lui avoir causé une si forte peur qu'il avait dut laisser ses pouvoirs le contrôler. Elle venait de faire exactement la même chose que HYDRA lui avait fait. La honte lui vrillait les entrailles. Peut-être qu'elle était comme sa mère finalement.

Plus elle en apprenait, plus elle avait vraiment l'impression que le monde ne tournait pas rond. Enfin ... C'est pas comme si cela avait été un jour le cas. L'église avait également un ordre. Phénix essayait d'imaginer l'enfance d'Azazel. C'était impossible. Comme elle, il avait une peur de lui-même et comme elle, il avait été élevé dans le but de devenir une arme. Un silence arriva alors. Phénix se leva, sortit d'un meuble deux verres et une bouteille d'alcool. Elle avait besoin d'un verre. Elle revint alors poser les deux verres sur la table basse puis fit couler le liquide incolore dans les deux récipients. Phénix avait prit une bouteille au hasard. De la vodka en vu du goût quand elle avala d'un trait son verre. « Les mutants existent depuis bien longtemps. C'est un gêne transmis uniquement par le père. Ce qui donne à l'enfant des dons. La plupart vivent cachés, mais les humains nous connaissent. » Un soupire las franchit la barrière de ses lèvres. « Nous sommes bien souvent les proies de HYDRA ou du SHIELD, mais aussi des humains. Certains se regroupent pour lyncher des mutants. » Continue t-elle. « Les autres ont décidés de se cacher, nous non. Les homo superior viennent ici parce que la société actuelle les considèrent comme des criminels. Parce que Bloody Mother peut leur offrir un toit et une protection contre les organisations et les humains malveillants mais également des conseils. Tous ne deviennent pas des Bloody Children. Certains ont besoin juste d'un refuge. » Explique Phénix en relevant son regard vers Azazel. « Un refuge ou les regards ne seront pas jugeurs. »

Phénix marque une pause pour se resservir un verre. « Les humains ont les Avengers pour les protéger. Mais nous, nous n'avons plus personne. Nous ne sommes pas des anges, nous volons et tuons. Mais jamais sans raisons. La plupart des victimes sont des gens qui ont étés jugés coupable par Bloody Mother. » Phénix boit à nouveau quelques gorgées puis pousse un léger soupire. « J'ai également un autre don qui intervient lorsque j'ai peur. Je ne contrôle pas uniquement la lave. Je contrôle aussi la terre. Enfin, c'est plutôt elle qui me contrôle dans ces cas là. Crois-moi Azazel, je suis désolée de t'avoir fait subir ça. » Phénix repose son dos contre le dossier du fauteuil puis ouvre la main où de la lave en fusion lévite en une boule à quelques centimètres de sa paume. « Je ne sais que trop ce qu'est cette perte de contrôle ... Cette peur intérieure du monde et de soi même ... De ce que je serais capable de faire si j'étais repoussée dans mes derniers retranchements... » La jeune femme observe la lave qui tourne doucement sur elle même ressemblant au soleil. La lumière orangée vient éclairer son visage pensif. Elle ferme soudainement la main, faisant disparaître ce soleil dans une légère fumée noire qui se disperse. « J'ai aussi été une arme, mais HYDRA n'a pas put aller bien loin. Je me suis enfuie. Je ne peux imaginer ce que tu as vécu. Cela a dut être horrible. »


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mer 9 Mai - 18:39





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Il était juste né sur Terre. C’est la raison pour laquelle il peut s’y promener librement, ou même celle qui le rends si convoité par Roarke, si détester par le Vatican. Une erreur de la nature démoniaque. Mais une erreur que le diable en personne aimerait tirer à profit. Pour pouvoir s’assurer une enveloppe corporelle suffisamment puissante pour supporter son pouvoir et faire de la Terre un chaos sans nom. Imaginez un seul instant ce que pourrait faire Mephisto/Satan/Roarke, appelez-le comme vous voulez, dans un corps éternel en sachant ce qu’il est capable de faire sans. Ça serait l’Apocalypse, et ça son crétin de frère n’est même pas fichu de le comprendre. Lui qui se vante d’être omniscient, il mourra aussi. C’est dans la nature des démons de courir après le pouvoir sans être rassasié.
Cependant, Azazel ne voulait pas la bombarder avec autant d’information. Déjà, que Phénix digère sa nature, ça sera déjà un bon pas en avant de fait. Car elle pourrait tout aussi bien la traiter de menteur -bien que son physique ne plaide pas en faveur du mensonge-. A son tour, le démon l’écoutait. Il gobait les informations, satisfait d’apprendre une nouvelle chose sur ce monde. Depuis qu’il était gosse, il n’avait rien vu d’autre que son couvent. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de lui faire prendre contact avec l’extérieur, mais ça se finissait mal généralement. Et l’Ordre avait suffisamment de crises à gérer avec les sorciers pour s’occuper des écarts de conduite d’un épargné. Un démon qui plus est.

Au début, Lucifer avait mal compris. Quand elle avait mentionné le père, il pensait qu’elle parlait du Seigneur. Quand on connaît ses antécédents familiaux, il est normal que ce terme le rebute un peu et qu’il ne percute pas franchement dessus. Ce n’est qu’après qu’il avait compris que c’était le terme génétique. Tout lui paraissait clair, c’était globalement le même souci partout. Dès qu’une race est étrangère, les humains s’empressent de la pointer du doigt. Navrant, il n’avait pas d’autre mot, mais il pouvait comprendre leurs craintes également. Parce que les humains l'effraient tout autant qu’il les effraie.
En silence, il accepte le verre qu’elle lui verse. L’odeur puissante de la vodka frappe de plein fouet son nez, mais il se retient par politesse de grimacer. Avant d’y tremper ses lèvres, il soulève : ”Est-ce vraiment nécessaire les combats par contre ? Pour un refuge, c’est sanglant.” Il demandait de manière subjective ce que signifiait réellement être Bloody Children. Il se doute qu’il y a un rapport avec l’arène et cette règle autour des combats. Oui, on peut dire que Phénix l’avait marqué avec ça.

Cependant, maintenant qu’ils étaient à l’abris des regards, Azazel voyait une personne différente et beaucoup moins effrayante. C’est pour ça qu’il était plus à même de l’écouter et lui répondre. Ainsi fonctionne le “gentil” démon : il est plus coopératif quand il n’a pas de couteau sous la gorge. Il grimace un peu en entendant son point de vue sur le jugement. Il y décèle un pointe d’arrogance, mais suffisamment tapis pour qu’il ne relève rien. Et puis, la suite l’avait tellement étonné qu’Azazel avait déjà oublié. Il avait failli avaler de travers, déjà qu’il avait du mal à avaler cet alcool. Faisant de son mieux pour se rattraper, il avait vaguement souris. ”Ce n’est rien. Parce que …. Comment dire … Je crois que j’y ai tiré du plaisir, à ma plus grande honte. Je m’efforce toujours à me brider, c’est devenu une habitude. Quand …. quand cet homme a brûlé, je n’étais pas effrayé…C’est le seul moment où je n’ai pas eu peur, mais j’me sentais spectateur. Un spectateur confortablement installé.” Son visage traduisait la recherche de ses mots, ses phrases étaient entrecoupées parce que ses pensées n’allaient pas suffisamment vite pour assurer le flot de ses paroles.
Puis son regard s’est détourné en direction de cette sphère ardente. Ce mini-soleil. Il avait décollé le dos de son fauteuil dans un soupir discret, traçant du bout de ses doigts un cercle sur la table.

Admiratif en secret, silencieux dans sa complantation, il réfléchit. Vraiment ? Encore une fois, il aimerait que ça soit le cas. Qu’elle puisse vraiment le comprendre, et il était persuadé qu’elle pouvait. En apprenant qu’elle avait été elle-même sujet des expériences d’HYDRA, Azazel semble détester davantage HYDRA. ”Non ça ne l’était pas. J’avais des parents qui m’aimaient, et qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Je leur dois beaucoup, et c’est pour ça que je ne pourrais jamais détester vraiment là d’où je viens. C’est ma maison là-bas, aussi froide et religieuse soit-elle.” Il avait fait un petit sourire, buvant une nouvelle gorgée de son verre.

Difficile, il avait vraiment besoin de retenir son souffle et ignorer son odorat pour réussir. ”J’ai un peu de mal avec la vodka, je n’en bois pas souvent” Surtout parce qu’il ne tient pas l’alcool. Ironique pour un démon qui se régénère, j’en conviens.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Dim 13 Mai - 0:21






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.







Beaucoup de choses à accumuler aujourd'hui. La simple présence d'Azazel signifiait que toutes ces conneries de la bible existaient sûrement. Et s'il y avait un enfer, il devait y avoir également un paradis. Combien de temps le monde allait devoir encore avoir peur ? Humains ou mutants. HYDRA. SHIELD. Eglise. Anti-mutants. Asgaardiens. Avengers. Aliens. La pilule était difficile à avaler. Phénix se mue en un silence pensif. Lasse de voir que chaque jours, elle en apprend un peu plus. Mais aussi en colère. Colère de savoir que si des démons s'amenaient, seuls les humains seraient protégés. Les mutants eux, devront se débrouiller seuls. Encore. Mais Bloody Mother serait toujours là. Phénix souhaitait qu'elle perdure même le jour où elle devrait succomber à la mort. Une autre la remplacerait. Phénix sursauta presque lorsque Azazel reprit la parole. Elle s'était enfoncée si loin dans ses pensées qu'elle en avait oublié le présent.

Si les combats étaient nécessaires ? D'une certaine façon, oui. « Dans l'arène, les Bloody Children peuvent affronter ceux qui leurs ont fait du mal. Ils peuvent y apprendre à se battre ou encore régler un désaccord. Les prisonniers que l'ont garde ont la possibilité de racheter leurs libertés comme ce fut le cas avec toi ainsi que le traître. » Phénix se pince les lèvres un instant. « Ils ont besoin de voir que les mauvais actes sont punis et ils doivent voir en Bloody Mother une personne à craindre, ce serait un chaos incontrôlable sans cela. » Continue t-elle. Elle se doutait bien que l'Arène avait surement effrayer Azazel. Mais c'était également le but. Les gens n'étant pas les bienvenus savaient à quoi s'attendre en voyant les crânes d'anciennes victimes ainsi que les marques de sang.

Phénix écoute attentivement le démon. Beaucoup de jeunes mutants lui avaient dit la même chose lorsque leurs pouvoirs se déclenchait. Mais pour un démon, cela devait être encore pire. « Je comprends. » Il semblait vraiment vouloir être compris et bien que Phénix n'avait pas encore tout vu ni tout vécu, ça, elle pouvait le comprendre. « Tes pouvoirs te contrôlent entièrement, jusqu'à tes émotions tandis que ta véritable personne ne peut que regarder le chaos que cela créer. Non ? » Elle n'était pas certaine, mais c'est ce que, elle, pouvait ressentir en plus de la terreur qui la prenait. Face à sa révélation sur ses parents, Phénix ne put s'empêcher de l'envier. Elle qui avait eu une enfance clairement pourrie. Un démon en avait eut une meilleure. Mais le passé restait le passé. « Tu es chanceux. » Un démon qui ne boit pas ? Élevé dans une église. Phénix émet un petit sourire amusé. « J'ai l'impression d'être plus proche de l'enfer que toi pour le coup. Ne te forces pas à boire. Souhaites-tu quelque chose d'autre ? »


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Lun 14 Mai - 16:44





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Ses explications viennent et elles ne lui plaisent pas. Azazel avait l’impression d’entendre les règles d’une secte, et il faisait face à leur gouroux. Des mots qui ressemblaient à celle du Seigneur, à croire qu’elle les avait volé. Il plisse simplement le nez, ne faisant aucuns commentaires. Tous restaient dans son esprit et il se contentait de hocher positivement la tête pour faire comprendre qu’il suivait. Les mots étaient entreposés dans un coin, et il avait simplement soufflé un ”Je vois”, peu satisfait de cette réponse. D’un léger mouvement de la main, il ballote le contenu de son verre, il le berce comme si cela pouvait atténuer le goût. Tout comme celui des esprits de cet endroit. Il y avait des manières beaucoups moins violentes pour inculquer la bonne conduite. Enfin, Azazel n’était pas le mieux placé pour juger. Surtout après cette confession.
Lucifer avait du mal à trouver ses mots, il pataugeait dans ses songes. Il ne savait pas comment aborder son ressenti, car il le trouvait honteux. Lui qui voulait rester dans le droit chemin, lui qui voulait se démarquer de ses semblables, il avait flanché dans cette arène. Il s’était laissé envahir par ses envies de violences et de puissances. Il a volontairement laissé faire ses pouvoirs pour démontrer sa supériorité. Mais comment lui dire ? Elle n’avait pas non plus tout à fait tort. Il ne contrôlait rien, parce qu’il lâchait les rênes, il laissait tomber. Prenant une grande inspiration, il avait fini par reprendre en hochant négativement la tête. ”On peut dire ça, mais je suis responsable, c’est moi qui lâche les brides. Quand je craque, quand je panique, quand j’abandonne. Dans ces moments-là, c’est comme si mes plus bas-instincts se déplacent dans mes facultés et se mettent à tout ravager.” Azazel baisse légèrement la tête, se demandant s’il avait bien fait.

Chanceux ? Azazel ne savait pas trop. Il se contentait d’hausser les épaules et de se dire peut-être. Peut-être que oui, il avait de la chance. Peut-être que non, ce n’est pas plaisant de voir les gens qu’il aime mourir à cause de lui. D’abord son père, puis sa mère. Sans compter les amis que son frère considère sans aucune sympathie comme des dommages collatéraux. Ce ne sont pas juste des meubles, des objets, même des animaux de compagnie. Ce sont des êtres vivants, et non. Du coup, il n’avait rien relevé dans ces propos. Mais ça le démangeait. Pour lui comme pour elle, il avait changé de sujet via l’alcool. Le démon avait tendu la main quand elle lui avait proposé autre chose, remuant celle-ci négativement dans le vague. ”Non-non, je vais le finir. Je ne suis pas non plus un exemple de sainteté !” Un éclat de rire, à croire que l’alcool avait déjà embrumé ses esprits et l’avait rendu plus jovial. Les crocs dehors, la gorge déployée, il l’avait refermé aussitôt et hop ! Il avait avalé le reste de son verre d’une traite. Ainsi, le supplice durera moins longtemps.

Sa tête avait reculé vers l’arrière, et cette fois-ci, il n’avait pas réussi à retenir une grimace. ”Brrr, ça vaut pas le cognac de papy Lucci” Une fois de plus à ce petit commentaire, il avait ris. Papy Lucci, son mentor, sa dernière attache, son dernier confessionnal dont il n’était pas au courant du décès et à qui il continuait d’envoyer des lettres dans l’espoir d’avoir de bons conseils. Maintenant qu’il avait fini son verre et qu’il avait digéré sans cracher des flammes -au sens propre comme au sens figuré-, il avait repris la parole. ”Chanceux je ne sais pas. Mon frère est un vrai … démon. Enfin, un vrai, disons qu’en matière de bâtardise et de mal incarné, il n’est pas loin de Père. Et il n’hésite pas à tuer les gens que j’aime juste pour me voir malheureux. Donc non, je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai de la chance. Avoir des proches est une faiblesse aussi. Enfin tu me diras, y a plus grande monde sur la liste maintenant qu’il a buté ma mère et mon père adoptif. Je peux avoir de l’eau ?” La question finale qui n’avait rien à voir et qui était tombé un peu comme un cheveu sur la soupe. Azazel avait fini par s’affaler dans le fauteuil, sa tête étant trop lourde à porter, surtout quand celle-ci tourne.

Trop tentant, vraiment trop tentant. Ezeckiel n’avait pas pu résister à l’envie de relancer le sujet. Ses gestes étaient engourdis, sa main parlait à sa place tandis qu’il cherchait ses mots et il soutenait du mieux qu’il pouvait sa tête avec l’autre. Heureusement que le verre était vide, car il serait en bonne voie pour renverser son contenue. ”T’as dis garder les prisonniers tout à l’heure, est-ce que c’est ce que tu fais avec moi ? Parce que je compte pas rester ici, même si je te remercie pour ton intervention de tout à l’heure. Qui sait, si j’aurais flambé ton arène et tout ton QG, t’aurais pas trop apprécier je suppose.” Il y avait un sous-entendu dans ses paroles, et beaucoup de méfiances. Au fur et à mesure qu’il y réfléchissait, et en reliant à ses observations un peu plus tôt, cela pourrait être une manoeuvre pour l’amadouer. Personne ne pouvait comprendre. Du moins ceux qui le pouvaient sont morts. Sans vouloir lui tracer un destin funeste.

(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Phénix Warren
Bloody Mother

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : marie avgeropoulos (par sygin). ∆ GROUPE : vilains. ∆ CRIMES COMMIS : 64 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans. ∆ NOM DE CODE : bloody mother. ∆ GÉNOME : mutant. ∆ PROFESSION : assassin / chef d'un groupe de mutants criminels. ∆ HUMEUR : en colère, comme d'habitude.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Mar 15 Mai - 5:18






Mess with me, I'll let Karma do its job. Mess with my Family, I become Karma. Nothing stops Karma.







S'il me prenait pour un monstre ? J'en étais persuadée. Cela avait été le cas toute ma vie. Pourquoi aujourd'hui serait-il un jour différent ? Peut-être que j'étais un monstre dans le fond. La mort des gens ne me faisaient plus rien. Leur ôter la vie ne m'apportait ni satisfaction, ni compassion. Lorsque j'étais dans l'arène, je me battais et je lâchais tout. Pour reprendre les mots de mon interlocuteur : "Je lâchais la bride". Je laissais ce que le monde avait fait de moi revenir à la surface. Ainsi, je pouvais laisser éclater ma haine sans jaillissement de lave ou tremblements de terre. Ma haine se déchaînait avec mon sabre. Son "je vois" me prouvait d'une certaine façon, qu'il n'avait que l'image de Bloody Mother sur mon visage. Comment l'en blâmer ? Je lui avait montré la partie la plus obscure de mon être. Sombre, mais contrôlée. Que serait-ce s'il me retrouvait à courir dans les rues en pleurant, fuyant la terre qui se fissurait sous mes pas ? Je n'espérais pas que cela se reproduise un jour. Il n'y aurait aucune raison qu'il me retrouve ainsi de toute façon. J'hoche la tête à ses paroles. J'étais vraiment intéressée par ce qu'il me dévoilait sur lui. Il semblait se sentir honteux d'avoir lâché cette bride.

« Tu n'aurais pas eu à le faire si je ne t'avais pas enfermée dans cette cage. Je sais l'effet qu'elle donne ... » Je reste un petit instant silencieuse puis ajoute : « J'y ai passée de longs moments. Je ne dirigeais pas le clan au tout début. »

Lorsque je propose autre chose à Azazel, ce dernier refuse et boit finalement le verre. J'avoue être amusée par ce geste. Puis il parla de ses parents, de son frère et ... Se confiait-il à moi ? J'étais surprise de le voir parler soudainement aussi aisément. Soit il ne tenait absolument pas l'alcool, soit il se sentait ne serait-ce qu'un peu en confiance en ma présence. Ou alors, il était de nature bavarde. J'hoche la tête lorsqu'il me demande de l'eau. Je ramène une carafe pleine d'eau fraîche puis le sert. Son sort m'attristait. Tous les gens autour de lui semblaient mourir. Et se retrouver seul était une chose horrible, surtout dans un monde comme celui ci.

« N'y a t-il pas un moyen pour que ton frère ne puisse pas agir sur tes proches ? » Il devait forcément avoir déjà cherché un moyen. Ma question semblait stupide. « Je me doute que mon estime à tes yeux doit être bas ... Voir ... Inexistant. Mais, si un jour, tu te sens seul ... Je peux être là. » Mon regard est franc, dénué de mensonges ou bien de fourberies. « Pas Bloody Mother. Pas dans ce lieu. Juste moi. Mon vrai moi. Enfin ... Ce que je suis réellement. »

Au moins, même s'il n'envisageait pas du tout de me revoir, c'était dit. Je termine mon verre puis mon visage prend un air surpris face à sa méfiance soudaine. Il est malin. Tans mieux. Cela lui éviterait des pièges comme ceux que font HYDRA. Amadouer pour dominer.

« Cela évite au moins une irruption volcanique en plein New York. » Déclarais-je avec un air faussement amusé. Il ne s'agissait pas d'une menace. Loin de là. Plutôt une blague de mauvais goût que j'admets volontiers. « Non, tu n'es en rien mon prisonnier, tu peux partir dès que tu le souhaites. Amadouer les gens pour les dominer est un piège grossier que j'ai déjà vécu et je ne compte pas reproduire cette manipulation. Les prisonniers du QG ne connaissent que Bloody Mother. Toi, tu as la version Phénix face à toi. »


___________________________________________

like a phoenix, touch me and you'll burn. your ashes will be on my face. don't be scared and touch me.
Peut-être que c’est moi la bancale. Dans toutes les familles il y a quelqu’un qui n’est pas d’aplomb, qui n’est pas à la hauteur, qui trébuche, qui collectionne les faux pas. C’est peut-être moi notre bancale.


Azazel E. Heartless
lucifer ☩ bastard of the devil

avatar
∆ AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (kane) ∆ GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican ∆ CRIMES COMMIS : 424 ∆ DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018

∆ ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait. ∆ NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique. ∆ GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires ∆ PROFESSION : Chômeur à plein temps. ∆ HUMEUR : Bof, ça passe.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   Dim 27 Mai - 13:54





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Azazel n’avait pas encore jugé. Difficile à dire, il prenait les faits qu’il avait vu, les comparer, peser le pour et le contre. Elle l’avait accueillis et enfermé dans une arène. Avec toutes les excuses du monde, ça ne changera rien. Le mal était fait. Mais, elle était aussi intervenue pour l'extraire de là-dedans, racheter sa liberté et maintenant, ils discutaient tous les deux autour d’un verre. Le démon connaissait des monstres qui ne prendraient pas cette peine. Il lui était reconnaissant, quoi qu’elle dise et quoi qu’elle fasse. Si monstre il y a, il doit servir uniquement de masque.
La confession continuait, et Lucifer avouait à demi-mot y avoir tirer du plaisir malgré tout. Il écoute attentivement Phénix, passe ses phalanges sous son menton pour le soutenir, accoudé au bras du fauteuil. L’autre main tenait un verre vide, et ses ongles claquaient contre la paroi de ce dernier. Ainsi donc, elle n’avait pas toujours dirigé ce clan. ”Il existe depuis longtemps, ce clan ?” demanda-t-il en échos à ses propos. Elle avait l’air jeune, la trentaine à peu près. Un peu plus, un peu moins, il n’en savait rien. Azazel avait toujours été mauvais pour donner des âges. Pour nourrir la discussion, il parlait. De tout, de ses proches, de ses parents, de son frère. Son frère, rien que cette mention faisait regrimper sa colère. Il avait étiré son cou pour le faire craquer, ne réagissant pas tout de suite quant à l’intimité de ses propos. Ce n’est plus une nouvelle qu’il est le cadet d’un monstre, c’est une suite logique. Calme, il devait retrouver son calme. Ne pas s’énerver, ne pas s’enflammer -dans tous les sens possibles du terme.

L’eau fraîche était venue à point nommé. Elle allait lui faire du bien, et baisser la température de ses ardeurs. ”Merci”. Politesse oblige, Azazel n’avait pas été élevé chez les chiens. Il savait dire merci quand il recevait, c’était la base. Interloqué par les propos de Phénix -et toujours alcoolisé-, Azazel avait tourné la tête en sa direction avec un sourcil arqué. ”Ça serait avec plaisir. Il n’est pas bas ou inexistant. Il est encore en construction plutôt. Mais, il y a une nette amélioration par rapport à mes premières minutes ici.” Sans la quitter du regard, le démon avait souris légèrement pour ponctuer l’honnêteté de ses propos. Cela ne servait à rien de mentir, ou bien de tourner autour du pot, de cacher l’évidence. Il connaissait Phénix depuis quelques heures, comment pourrait-il la juger avec un temps aussi court ? Azazel avait repris à propos de son frère. ”Il y a bien un moyen radical : le tuer. Mais je n’y arrive pas, il est beaucoup plus fort que moi. Et quand j’arrive à prendre le dessus, je bloque. Je suis incapable de le tuer.” Il détourne le regard, honteux. Azazel n’a pas la rancune tenace, c’est ça son plus gros point faible. Et Blackheart en est tout à fait conscient, il ne voudra pas le tuer sous prétexte qu’il s’agit de son frère. Même s’il lui fait toute les misères du monde, il reste un membre de sa famille. Macabre famille, mais famille quand même.

La version Phénix ? Pas son prisonnier ? Lucifer semble méfiant, mais interrogé. Une question lui brûle les lèvres. D’autant plus qu’il avait vu l’ambiance général de ce QG qui ne plaidait pas en faveur de l’attitude papillon et licorne. ”Pourquoi … Pourquoi tu fais tout ça pour moi ?” Ça y est, la question avait fini par tomber, trop difficile à retenir. Il ne s’attendait pas à une réponse extraordinaire, mais juste quelques éclaircissements pour expliquer ce contraste entre le début de leur rencontre, et maintenant.

Spoiler:
 
(c) SIAL ; icons shirosaki



___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (phénix) show must go on   

 
(phénix) show must go on
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show
» The Uchuu Show e Youkoso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
age of heroes :: new york city :: bronx :: QG Bloody Children-
Sauter vers: