FORUM FERMÉ.


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité




MessageSujet: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Dim 18 Mar - 22:00

Alexandra Standford
« I'm a bad woman to keep. »

nom complet : Je me nomme Alexandra Merry Standford même si certains me nomment Alex ou Lexy. date de naissance : Je suis née un certain 21 mai en 1988. lieu de naissance : Je n'ai pas réellement connu la ville. Je suis née dans un petit coin perdu du Tennessee. Si je vous disais le nom, je ne suis pas certaine que vous connaissiez. nationalité : Vous l'avez deviné, je suis américaine. résidence actuelle : Je vis actuellement à New York City dans un petit appartement. possible identité secrète : Il fut un temps où je me faisais appeler Werewolf. Cependant, j'ai la chance de ne pas être connue par les autorités. Du moins, pas encore et j'espère jamais. casier judiciaire : Je suis blanche comme neige. génome : Mutante à 100%. orientation sexuelle : Je me suis posée la question avant d'être sûre de moi, je suis hétéro. statut civil : Je n'ai pas encore trouver d'attache sentimentale. situation professionnelle : À vrai dire, j'ai pris le premier job sur lequel je suis tombée. Je suis serveuse dans un petit restaurant de mon quartier. appartenance : J'appartiens au groupe des mutants.

personnalité
Il fut un temps où j'étais une petite fille insouciante, qui riait de rien. Je respirai la joie de vivre. J'avais cet humour insoupçonné, ce petit quelque chose qui permettait de faire décrocher un sourire sur un visage. J'étais une vraie gamine, le bébé du groupe. J'étais celle qui mettait le petit grain de folie dans la vie de mes proches. J'étais cette petite fille, cette adolescente qui ne se souciait de rien. J'étais entourée de personne que j'aimais. J'avais cette envie d'aimer le monde. J'avais cette insouciance qui me poussait à faire les quatre cents coups, qui m'attirait parfois quelques ennuis à l'école ou avec ceux que je disais être mes ennemis. J'étais celle qui criait pour rien, qui s'emportait pour pas grand chose.
Avec le temps et tout ce qu'il s'est passé dans ma vie, j'ai perdu cette insouciance. Je sais que, quelque part au fond de moi, je pourrais redevenir cette fille pleine de joie de vivre. Mais je me suis enfermée dans la solitude. J'ai appris à avancer seule, à manipuler les autres. J'ai appris à être froide lorsqu'il le fallait. J'ai appris à être imprévisible. Quoi que, j'avais certainement déjà ce petit trait de caractère lorsque j'étais insouciante. Oui, j'étais déjà imprévisible. Personne ne savait comment j'allais réagir à une certaine situation, comment j'allais prendre les choses que l'on me disait. Néanmoins, avec tout ce qui a pu se produire dans ma vie, je reste loyale envers les personnes qui comptent réellement. Elles se comptent peut être sur les doigts d'une main, mais ses personnes sont importantes à mes yeux. Je suis généreuse avec ses personnes, prêtes à les défendre lorsqu'ils ont un soucis, prête à leur tendre la main. Mais je reste quelqu'un de secret. Je ne veux pas ennuyer les autres avec mon passé. Je garde mes secrets pour moi et j'essaie d'avancer. Je joue la comédie, je fais semblant d'être une fille pleine de joie de vivre, je fais semblant que tout va bien alors que je suis brisée. Enfin, vous me direz,
d'une certaine manière, nous avons tous changé, nous avons tous été brisés un jour ou l'autre.


pouvoirs, capacités
J'ai la faculté de changer mon apparence en celui d'un animal et, plus précisément, en louve. Au départ mi-femme mi-louve, quand mon pouvoir est devenue totale, ma transformation fut longue et douloureuse. Encore aujourd'hui, j'ai l'impression de ressentir la douleur de cette première transformation. De plus, il reste un léger inconvénient et pas des moindres. En effet, quand je reprends forme humaine, il me manque des vêtements, ce qui peut être gênant en public n'est ce pas... Quand je ne me transforme pas, je garde l'agilité et la vitesse du loup ce qui me permet de me déplacer assez rapidement et de manipuler certaines armes. À oui, j'oubliais, depuis que je me suis transformée, je ne mange que de la viande crue. Je vous laisse imaginer quand je mange avec quelqu'un à table... La joie n'est ce pas ?


alex.
ft. Holland Roden

prénom : Marion. âge actuel : L'âge ne se demande pas ! Surprised  pays/région : Neverland ou Wonderland, ça dépend. impressions du forum : La fonda fait des merveilles. Vraiment. (Et je lui ai déjà dit, elle le sait !) éventuelles suggestions : Aucunes pour le moment. (Et certainement jamais.) fréquence de connexion : 4-5/7j. un dernier mot : Bisou sur votre fesse gauche et tant pis pour la fesse droite. code du règlement : Voldemort.  




Dernière édition par Alexandra M. Standford le Mer 21 Mar - 21:34, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Dim 18 Mar - 22:01

histoire du personnage
« No one would ever change this animal I have become. »

Le jour de ma naissance était certainement le plus beau jour de la vie de mes parents. Eux qui avaient du mal à avoir un bébé avaient, enfin, une charmante petite fille. N'allez pas croire que je me jette des fleurs, je ne fais que rapporter leurs dires. Le plus beau jour disais-je ? Certainement pour eux, mais pour la plupart des gens, ce n'était qu'un temps pluvieux. Je suis venue au monde lors d'une nuit d'orage. Le cliché. Vous savez, dans les films catastrophes, ça se passe toujours un soir de pleine lune où l'on entend les hurlement d'une femme qui accouche alors qu'il pleut à torrent à l'extérieur puis, soudain, les cris d'un bébé qui vient au monde. Ajouté à tout ça les hurlements d'un loup et vous avez la reconstitution même de ma naissance.

J'étais une enfant, aimée de ses parents. J'étais celle qui leur donnait le sourire tous les matins lorsqu'ils se penchaient au-dessus de mon berceau pour me dire bonjour. J'étais celle qui retenait toute leur attention, pour qui ils riaient chaque jour devant la gamine que j'étais. J'étais la petite fille qui ne manquait de rien, même dans les périodes difficiles. Mes parents ont toujours tout fait pour me faire plaisir, même lorsque nous n'avions plus assez de revenus. Nous avons connus des hauts et des bas, aussi bien financièrement que moralement. Mon père fut un long moment sans emploi. Il avait perdu son travail suite à la fermeture de son entreprise. Ma mère croyait qu'on n'arriverait jamais à vivre sur un seul salaire. J'étais encore une enfant, je ne comprenais pas toujours l'importance de l'argent.

Mon enfance, en soit, était plutôt heureuse. Une vie banale, sans grande difficulté, sans prise de tête. Je m'en sortais relativement bien à l'école, ramenait des bonnes notes et était plutôt bien entourée. Je n'ai jamais eu à me plaindre de mon enfance. C'était simple et enfantin. Une vie banale qui aurait pu être celle de n'importe qui. C'était une vie calme et tranquille. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mes parents m'aimaient et j'avais des amis sur qui je pouvais compter. Je pouvais sortir l'après-midi jusqu'à dix-neuf heures le soir. Je profitais de ma vie comme tous les adolescents. Je sortais au cinéma, flirtais avec les garçons de mon âge et parfois un peu plus âgés. Avec mes amis, ils nous arrivaient de nous inventer une vie, on s'échappait de la maison de nos parents pour vivre ensemble. Nous étions une bande de potes, nous rêvions d'aventures, de collocation lorsque nous serions tous à l'université. C'était notre passe-temps, nous imaginer tous ensembles, unis à jamais. C'était quelque chose qui nous appartenait. C'était juste qu'un rêve.

Il fallait que tout cela s'arrête. Ma vie bascula le jour de mes treize ans. Je me souviens encore du réveil de ma mère. Mon gâteau d'anniversaire était prêt, une grande fête familiale aurait lieu dans la soirée. Mon père m'attendait avec un petit paquet cadeau dans le salon, et selon les dires, il était impatient de me l'offrir. Mais je n'ai jamais su ce qu'il contenait. Lorsque j'ai fini par ouvrir les yeux, j'ai vu le regard effrayé de ma mère. Elle reculait comme si elle cherchait à s'éloigner de moi. Puis, elle a hurlé, m'a demandé de ne pas l'approcher. Je ne comprenais pas pourquoi ma mère me rejetait comme ça, du jour au lendemain. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Mon père avait certainement gravit les marches quatre à quatre, ça se voyait par son état d'épuisement lorsqu'il arriva à son tour dans ma chambre. J'ai croisé son regard et j'ai vu qu'il commençait à prendre peur. Je me demandais ce qu'il se passait. Qu'est ce qui avait changé pour que mes parents me regardent de la sorte ? Je ne pouvais pas attendre plus longtemps, je suis sortie comme une furie de ma chambre et me réfugiais dans la salle de bain. Je compris très rapidement ce qui les avait effrayés lorsque je me regardais dans le miroir. Mes yeux avaient changé de couleur, ils était devenus blancs, légèrement argentés et commençaient à virer au bleu clair. Ce n'était pas seulement les yeux, mes dents étaient devenues pointues. On aurait dit que je me transformais en vampire. Mon propre reflet m'effrayait. J'avais l'impression de devenir une inconnue. Peut être que ma mère a cru que j'étais en train de perdre la vue avant de voir mes dents. Peut être que mes parents auraient du prendre au sérieux ce hurlement de loup le jour de ma naissance. Ils auraient peut être dû voir ça comme une alerte. S'ils avaient imaginé un seul instant ce qui allait se passer dans leur petite vie tranquille, mon père, alors qu'il nous ramenait de la maternité ma mère et moi, m'aurait sûrement abandonné sur le côté de la route.

La petite fête était annulée. J'étais, aux yeux de tous, gravement malade et il fallait que je me soigne avant de les revoir. Mes parents me demandaient des comptes, me harcelaient de questions. Ma relation avec mes parents s'était dégradée. J'ai arrêté d'aller à l'école, prenant des cours à domicile. J'étais consignée dans ma propre maison, enfermée. Je ne voyais plus mes amis. Nos rêves s'étaient envolés et les miens avec eux. Ils avançaient sans moi. Je n'avais plus rien. J'avais l'impression d'être une coquille vide. Pour mes parents, il fallait remédier à ce problème. Il fallait trouver une solution et me guérir au plus vite. Je me créais une carapace, me renfermant sur moi même. Je n'étais plus rien, plus que l'ombre de moi-même. S'en était fini de la petite fille qui passait son temps à rire et à respirer la joie de vivre. Je ne faisais que rejeter le monde. Enfin, c'était surtout lui qui me rejetait. Je me sentais seule, perdue et je ne savais pas ce que j'allais devenir. J'avais peur. Peur que l'on découvre le monstre que j'étais. J'étais fatiguée, épuisée. Je n'avais plus de vie sociale. Même si mes parents essayaient de faire comme si de rien n'était, je voyais très bien qu'ils ne trouveraient aucunes solutions et qu'ils étaient désespérés à cette idée. J'étais devenue leur problème. Ma vie était devenue un château de cartes qui avait fini par s'écrouler. J'étais brisée et, pourtant, je n'avais qu'une seule envie : sortir de cette maison.

Je ne voulais plus être cet animal en cage. Je ne voulais plus être enfermée. La liberté était à ma portée. Il fallait juste la saisir. Prendre mon courage à deux mains et m'accorder un temps pour prendre mon envol. Je ne voulais plus attendre une solution qui n'arriverait jamais. Je ne pouvais plus tourner encore une fois en rond dans cette maison. J'en connaissais dorénavant les moindres recoins. Elle n'avait aucun secret pour moi alors pourquoi n'étais-je pas encore partie. Sur un coup de tête, une nuit, après avoir vérifié que mes parents dormaient à point fermé, j'ai ouvert ma fenêtre. J'ai pris mon sac et regardé la distance qui me séparait du sol. J'avais peur, c'était la première fois que j'allais faire ce genre de chose. Je tournais une dernière fois ma tête vers la porte de ma chambre, vérifiant que personne n'allait y entrer. Et, finalement, j'ai sauté. Je n'aurais jamais pensé que j'aurais posé mes pieds aussi facilement sur le sol. Enfin, c'est une façon de parler. Je pensais m'étaler de tout mon long, mais j'ai seulement posé un genou à terre. Je vérifiais que tout allait bien, juste une petite éraflure mais rien de cassé. J'ai regardé une dernière fois la fenêtre de ma chambre au premier étage. Et moi qui m'en croyais pas capable.

Cette nuit là j'ai quitté une bonne fois pour toute le Tennessee. J'avais dix-neuf ans à cette époque. J'ai marché plusieurs jours, je me suis réfugiée dans la forêt. Je volais ce que je pouvais dans des supermarchés. J'essayais de vivre comme je pouvais, avec le peu d'argent que j'avais réussi à récupérer. Je voulais savoir qui j'étais, comprendre ce qui m'arrivait. Ça faisait six ans que je retenais le monstre qui ne demandait qu'à sortir. Je ne savais pas comment m'y prendre. Au final, c'était plutôt facile. Il fallait juste que je me détende, que je laisse ce que je voulais cacher prendre le dessus. La transformation fut longue et douloureuse. Je hurlais à la mort en croyant que chaque partie de mon être se déchirait en morceau. Je ne savais pas ce qui m'arrivait et, pourtant, je me sentais bien. Je me sentais libre, je me sentais moi. Je découvrais pour la première fois mon apparence de loup. Je ne sais pas combien de temps je suis restée ainsi. J'avais l'impression de rattraper les quatre ans de ma vie à cacher ce que j'étais, qui j'étais. Je ne pouvais pas m'arrêter de courir, hurlant à l'appel de la liberté. Je ne voulais plus quitter cette apparence. Je n'étais pas prête à retrouver mon vrai corps. Je m'en sentais incapable. Je m'étais abandonnée à mon instinct de loup, me laissant guider par cet instinct et le laissant m'emmener vers la liberté.

J'avais tellement attendu cette liberté, je l'avais rêvé, pourtant je savais que ce n'étais pas raisonnable de continuer ainsi. Je ne pouvais pas rester une louve indéfiniment. Non pas que cette vie ne me plaisait pas, loin de là. Mais la raison reprenait le dessus sur la liberté. Je ne pouvais pas fuir ce que j'étais ni continuer à me cacher comme je le faisais. Il fallait que j'arrête le rêve pour vivre ma vie. Il le fallait, je n'avais plus le choix. Je ne pouvais pas continuer à vivre et à fuir ses responsabilités comme une gamine. C'est en pensant ainsi que j'ai quitté la forêt ainsi que mon apparence de loup. Je retrouvais mon sac que j'avais caché quelque temps auparavant. Je pris quelques affaires pour m'habiller avant de partir pour la ville. New York City, allez savoir pourquoi, était toujours une ville qui m'avait attiré. Pourtant, le rêve de la grande ville n'était pas aussi facile à atteindre que ce que je ne l'espérais. On m'avait suivit, on avait découvert ce que j'étais et on se servait de mes facultés pour remplir différentes tâches. Si je voulais être logée gratuitement, commencer à mettre de l'argent de côté, je devais faire ce que l'on me demandait. C'était une bande de délinquant, qui profitait de la faiblesse des autres pour s'en servir et obtenir ce qu'ils voulaient. J'ai trempé dans des affaires qui me dépassaient. On m'a demandé de tuer, de voler et de me taire si je ne voulais pas que mon secret vienne à exploser aux grands jours. Les mutants n'étaient pas si bien vu que ça par la société et je me demandais ce qu'il se passerait pour moi si on l'apprenait.

J'ai finalement pu trouver un logement. Ce n'était pas le grand confort. Un appartement délabré et un petit salaire de serveuse qui ne me permettait pas de me payer le luxe. J'avais au moins le strict minimum. J'aurais pu être heureuse de cette manière. Je n'avais pas grand chose et ça me suffisait. J'aurais peut être même apprécié de me joindre aux héros de la ville. Non. Ma vie n'était pas faite pour que je sois heureuse. Elle avait pourtant si bien commencé. Cependant, je ne pouvais pas me permettre se bonheur. Les héros se déchiraient, les mutants se cachaient. Et moi, dans cette histoire, j'avais le sentiment de n'appartenir à aucun des deux mondes. Je n'étais pas une héroïne, j'étais incapable de fuir les délinquants qui me ruinaient l'existence. Je n'étais pas une mutante, je me sentais comme seule au monde et abandonnée de cette « race ». J'étais seule et ce nouveau marché qui venait de s'ouvrir au monde, était un véritable poison. Je ne sais pas si ce nouveau marché pouvait apporté le bien être de ce monde. Je n'en était pas persuadé. Vous imaginez un peu tout ce que l'on pourrait faire avec une telle matière que le vibranium ?




Dernière édition par Alexandra M. Standford le Mer 21 Mar - 23:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Blackheart

they tried to make me holy.

avatar

AVATAR & CRÉDITS : w. bentley ,, abandon (avatar) tumblr (gifs).
GROUPE : le mal à l'état pur. littéralement.
CRIMES COMMIS : 153
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2018



ÂGE DU PERSONNAGE : indéfini, il semble avoir commencé à faire parler de lui à partir des années quatre-vingt environ.
NOM DE CODE : surnommé black king, ou encore lord blackheart.
GÉNOME : fils du diable, véritable démon.
PROFESSION : futur maître des enfers, un rêve qu'il compte faire devenir réalité.




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Dim 18 Mar - 22:45

 
 

bienvenue par ici, je suis grave heureuse que tu aies rejoins le fofo
tu sais où me trouver si tu as besoin
Revenir en haut Aller en bas

Azazel E. Heartless

lucifer ☩ bastard of the devil

avatar

AVATAR & CRÉDITS : Billie Joe Armstrong (VERT ALLIGATOR)
GROUPE : Indépendant et exorciste dépendant de l'Ordre du Vatican
CRIMES COMMIS : 426
DATE D'INSCRIPTION : 04/03/2018



ÂGE DU PERSONNAGE : Il a trente-cinq ans, le bon âge à ce qu'il parait.
NOM DE CODE : Lucifer, emprunté à la Bible, ancien prénom de son père. Oui, l'ange tombé du ciel devenu le diable. Un héritage en quelque sorte, bien que tout ceci ne soit que de la symbolique.
GÉNOME : Démon; fournis avec tous les accessoires
PROFESSION : Chômeur à plein temps.




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Dim 18 Mar - 22:55

C'est donc toi la fameuse Alex What a Face
Bienvenue parmi nous, on n'a pas été présenté, j'exige que ça soit remédié Arrow

___________________________________________



astra; bb — "I will never forgive Satan, nor any of his demons! And definitely not the son of Satan! I will kill you, even if it costs me my life!" ;; @foreverxago
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Dim 18 Mar - 23:59

      :
 
Tu voulais que je fasse quoi d'autre ? Tu me parles d'Alex et Bucky ! Je ne pouvais absolument pas refuser !
Et je sais surtout où t'harceler.

Je vois qu'on t'a parlé de moi.
Merci bien et il va falloir remédier à ça effectivement !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Lun 19 Mar - 23:38

hello & bienvenue sur le fofo !
bonne chance pour la suite de ta fiche, j'ai hâte de voir ça !
Revenir en haut Aller en bas

Karen Page

way down we go.

avatar

AVATAR & CRÉDITS : deborah ann woll & moonic (avatar) ; astra (code signature)
GROUPE : civils
CRIMES COMMIS : 107
DATE D'INSCRIPTION : 19/03/2018



ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans.
NOM DE CODE : aucun
GÉNOME : humain
PROFESSION : journaliste pour le new-york bulletin.




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Mar 20 Mar - 10:38

bienvenue parmi nous jolie louve. bon courage pour ta présentation!

___________________________________________

• karen page
I think of you, I haven't slept. I think I do, but I don't forget my body moves, goes where I will, but though I try my heart stays still, it never moves, just won't be led. And so my mouth waters to be fed, 'cause you're always in my head.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Mer 21 Mar - 21:45

OMG Shuri.
Pardon, je suis en fangirling depuis Black Panther sur elle. Elle est tellement...
Breeeeef. Merci à toi !

Merci Karen.
(Je tiens à te dire que j'ai lu ton histoire car je ne connaissais pas le personnage (honte sur moi) et je.. BLBLBLBLBL. J'ai l'impression que je vais fangirler sur tout maintenant. )
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Mer 21 Mar - 22:55

coucou toi

alors avant de pouvoir procéder à ta validation, il y a un petit détail dans ta fiche qui nous chiffonne. on trouve que, pour un mutant, découvrir ses pouvoirs à quinze ans c'est un petit tard Surprised il faudrait que ce soit plutôt entre onze et treize
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Mer 21 Mar - 23:15

Toua.
Autant pour moi. Modification faite pour treize ans.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité




MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   Mer 21 Mar - 23:49

validation du personnage
alexandra m. standford

tout est désormais parfait mon chou je te valide enfin et t'ajoute ta jolie couleur, bienvenue à notre première mutante je viendrais te voir pour qu'on reparle de notre lien avec bucky

Te voici enfin validé. L'aventure ne s'arrête pas ici, bien au contraire. Elle ne fait que commencer. La fiche de présentation n'était qu'une première étape mais, avant de pouvoir te lancer tête baissée cul levé dans cette chronologie que tu offres à ton personnage ici, il te faudra passer par quelques derniers petits points, certains essentiels d'autres moins. Pour commencer, le plus important : recenser ton avatar, afin que personne ne te pique la célébrité que tu as choisie pour ton personnage, ni même ce dernier. Tu peux par la suite poster ta fiche de liens, ta fiche de topics et également compléter ton compte avec des demandes diverses.

A la suite de cela, il t'est possible de créer un scénario, si ton personnage a tout particulièrement besoin de la présence d'un autre dans sa vie. Tu es également convié à faire un petit tour dans les différents sujets que peut te présenter le flood et ses jeux, et même poster une galerie si tu es un artiste en herbe. Pour finir, nous t'invitons à venir voter toutes les deux heures pour le forum, afin de permettre au forum de se faire connaître et ainsi attire de nouvelles têtes en son sein. Comme dit le dicton : plus on est de fous, plus on rit non ?

Nous ne t'en disons pas plus sur les surprises que le forum peut te réserver, et te laissons le découvrir de fond en comble à ton aise. Nous te souhaitons un bon jeu au sein de age of heroes et restons disponibles en cas de besoin.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: « I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford   

Revenir en haut Aller en bas
 
« I just want to live while I'm alive it's my life. » ♦ Alex Standford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Vive le Naheulband en live !!!!
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Live your dreams

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
age of heroes :: pause café :: les archives :: fiches diverses-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: